Test Beyerdynamic DT900 Pro X : notre avis – CNET France

Le DT 990 PRO de Beyerdynamic a été l’un des plus grands succès de
l’histoire récente de la marque. Commercialisé en tant que « casque de studio pour le mixage et le mastering », c’est une
excellente option pour les ingénieurs du son, les DJ et tous ceux qui
recherchent un casque circum-auriculaire transparent et abordable.


Un succès qui s’est encore amplifié lorsqu’il a commencé à être largement
adopté dans le milieu du jeu vidéo, en grande partie grâce à Ninja, le
célèbre streamer de Twitch. La précision et la transparence pouvaient
également aider les joueurs à détecter les bruits de pas des ennemis et
localiser des adversaires invisibles.


Beyerdynamic revient maintenant avec le DT900 PRO X qui vient se positionner entre le
DT990 PRO et le DT1990 PRO. Une offre milieu de gamme qui s’adresse aux
ingénieurs du son, aux joueurs et à tous ceux qui souhaitent capter chaque
note vocale, chaque coup de batterie et chaque réverbération de corde dans
leur musique.


Construction et caractéristiques

La finition extérieure du DT 900 PRO X est un mélange de métal et de plastique. Les grands écouteurs circum-auriculaires sont en plastique, tout comme le revêtement extérieur de l’arceau rembourré. Les fourches qui soutiennent ces écouteurs sont en métal, avec une finition en aluminium brossé, et l’arceau interne est en acier souple. Ces matériaux se combinent pour créer un produit solide qui pèse 345 g sans ses câbles détachables. 

 


Ces câbles se connectent au casque à l’aide d’un mini-XLR à 3 broches, une
sorte de version réduite du connecteur XLR de taille normale utilisé avec
les microphones. Le casque est livré avec un câble de 3 m et de 1,8 m. Ils
se connectent à la source via un connecteur stéréo 3,5 mm plaqué or, ou via
l’adaptateur 1/4″ plaqué or inclus qui se visse sur le jack 3,5 mm.


Le DT 900 PRO X est équipé du haut-parleur STELLAR.45 signés Beyerdynamic
avec une réponse en fréquences allant de 5 à 40 000 Hz et une impédance nominale de
48 ohms. Le rembourrage des écouteurs consiste en une couche de mousse à
mémoire de forme recouverte de velours gris.


Confort


Aussi spectaculaire que soit le son d’un casque, il est peu probable que
vous l’utilisiez s’il est inconfortable. Dans ce domaine, le DT 900 PRO X
est loin d’être le casque le plus confortable que nous ayons jamais
utilisé. Mais il est n’est pas non plus le pire.


Sur le plan positif, la mousse à mémoire de forme offre un ajustement
ergonomique, et le rembourrage en velours est un choix pragmatique étant
donné la nature de ce modèle. En effet, le DT 900 PRO X a un design ouvert,
ce qui signifie que l’air et le son circulent librement par les grilles
situées à l’arrière des oreillettes. Les casques ouverts sont généralement
prisés pour leur son plus naturel, semblable à celui d’une enceinte, tandis
que les casques fermés sont appréciés pour les basses supplémentaires que
leur design hermétique et leur capacité à bloquer les bruits extérieurs
permet de produire.


Contrairement au cuir ou d’autres revêtements similaires, le velours qui
recouvre les écouteurs DT 900 PRO X est plus perméable à l’air, ce qui est
cohérent avec le design ouvert. Personnellement, nos oreilles étaient un
peu trop grandes pour loger sans toucher les bords des écouteurs. Ceux qui
ont des oreilles plus petites les trouveront probablement assez spacieux.


Malheureusement, nous ne pouvons pas être aussi positif au sujet de l’arceau, pour deux raisons. Premièrement, il nous a fallu pousser les
réglages au maximum pour obtenir un ajustement relativement adéquat. Même
dans ce cas, l’arceau exerçait un point de pression au sommet de notre
crâne au bout de quelques heures. Bien sûr, si votre tête est plus petite,
ce problème ne se posera probablement pas, même après une utilisation
prolongée.


En revanche, le deuxième problème peut toucher un public plus large. Il
s’agit de la force de serrage, c’est-à-dire la pression exercée par les
écouteurs. Elle nous a paru excessive pour un casque pensé avant tout pour
un usage sédentaire. Pour être clair, ce n’est pas serré au point de
provoquer une douleur immédiate, mais cela devient légèrement désagréable
après plusieurs heures d’utilisation.


Un dernier problème concernant le confort du DT 900 PRO X concerne son
connecteur mini-XLR. Il vient fréquemment toucher l’épaule dès que l’on
incline un tant soit peu la tête sur la gauche, ce qui produit une gêne et
plie le câble avec un angle préoccupant.

1653120706 131 Test Beyerdynamic DT900 Pro X notre avis CNET 


D’autres fabricants qui utilisent des connecteurs aussi longs et rigides
les implantent vers l’avant du casque pour éviter ce problème. Beyerdynamic
devrait peut-être s’en inspirer.


Bien que le confort du DT 900 PRO X ne soit pas comparable à celui des
produits haut de gamme de Sennheiser, il n’est pas désagréable à porter.
Néanmoins, ceux qui se situent à l’extrémité supérieure de sa plage
d’ajustement pourraient vouloir faire une pause toutes les quelques heures.


A l’écoute


Il est important d’établir une clarification dès le départ : il n’existe
pas vraiment de « son universellement bon » dans le marché audio haut de
gamme, en particulier lorsqu’il s’agit d’un casque aussi ciblé que le DT
900 PRO X. Il y a, bien sûr, le « mauvais son » qui caractérise toute
sortie sonore qui ne fait pas le travail pour lequel elle a été conçue.


Pour la plupart des consommateurs, l’objectif d’écouter de la musique est
de l’apprécier. Cela signifie que le son produit doit être, à tout moment,
agréable. Les ingénieurs s’efforcent souvent de régler les casques
polyvalents de manière à ce qu’ils puissent reproduire des sons
allant de la plus profonde basse au plus petit carillon, le tout sans agresser ou fatiguer les oreilles de l’auditeur. De telles priorités
peuvent produire des casques qui éliminent délibérément les aspects
perçants de notes aiguës trop dures, ou le grondement désagréable de basses
profondes, même si cela implique une certaine altération du son original de
l’enregistrement.


La description ci-dessus (simplifiée à l’excès) permet d’illustrer la
grande différence de priorités entre les casques audio généralistes et ceux
conçus pour les pros du son, comme l’est le DT 900 PRO X. Pour être clair,
ce casque ne vous épargnera pas des aigus trop durs ou des basses trop
fortes. Au contraire, il vous livrera une représentation claire et honnête
de l’enregistrement qu’il lit, tel qu’il est, sans (trop) d’altération,
coloration ou amélioration indésirable d’aucune sorte.


Le résultat est une expérience d’écoute brutalement transparente qui révèle
chaque défaut d’une piste donnée. L’analyse des instruments individuels et
des voix est facilitée par l’excellente séparation des sources. Cela permet
de se concentrer sur chaque musicien et de visualiser chaque accord de
guitare ou chaque coup de batterie. De même, le DT 900 PRO X révèle les
défauts des voix et les inclusions indésirables ou cachées. La version
remasterisée en 2001 de « The Chain » de Fleetwood Mac, par
exemple, permet d’entendre clairement le fameux juron marmonné au début du
morceau, que de nombreux casques moins chers ou plus indulgents peuvent
complètement occulter.


Bien qu’il atteigne un niveau impressionnant pour son prix, il échoue toutefois dans certains domaines. La première de ces lacunes porte sur un élément qui fait souvent défaut aux
casques de ce type : une scène sonore large. Une scène sonore plus large
donne l’impression d’être physiquement parmi les instruments ou les voix
qui sont reproduits, avec la possibilité de fermer les yeux et de pointer
les interprètes (chanteurs, guitaristes, batteurs,
etc.)


La qualité de la scène sonore dépend du mixage d’une piste et des
intentions des ingénieurs du son qui l’ont créée, mais l’appareil de
lecture audio est généralement le facteur le plus important de sa qualité
finale. Pour nous, le son produit par le DT 900 PRO X est « intime ». Des
morceaux comme « Little Room » de Norah Jones, qui a été mixé
spécifiquement pour que l’auditeur ait l’impression de se trouver dans une
petite pièce, sont mis à l’honneur par ce casque. Tout dans ce morceau
semble être centré entre vos oreilles, avec les instruments et les
voix aussi détaillés les uns que les autres, mais également situés de
manière identique.


En revanche, sur un morceau comme « Bird on a Wire » de Jennifer
Warnes, connu pour sa scène sonore nuancée, les divers éléments qui le
composent paraissent tassés. Il est possible pour un casque d’offrir à la fois une précision analytique
et une meilleure scène sonore que ce que le DT 900 PRO X propose. En fait,
le DT 1990 PRO trouve cet équilibre. Mais ce casque est deux fois plus
cher. Il vous appartiendra de décider si cette surenchère se justifie ou
non.


Les autres inconvénients du DT 900 PRO X sont plus mineurs. Tout d’abord,
son impédance de 48 ohms signifie que de nombreux utilisateurs pousseront
au maximum leur smartphone lorsqu’ils l’utiliseront, et qu’ils pourraient souhaiter un peu plus d’énergie sur les
pistes plus calmes.


Les pistes particulièrement cacophoniques ont aussi parfois nui à la
capacité de ce casque à fournir une séparation précise des instruments et
une clarté analytique. Précisons que cela pourrait tout aussi bien être le
résultat d’un mauvais mixage sur la piste que d’une quelconque faiblesse du
DT 900 PRO X.


En fin de compte, le DT 900 PRO X est exactement ce que Beyerdynamic
voulait qu’il soit : un casque solide et révélateur moyen de gamme, ciblant
les ingénieurs du son et les mixeurs.

1653120706 707 Test Beyerdynamic DT900 Pro X notre avis CNET 


Pour le gaming


Nous avons ajouté cette partie en raison de la popularité des DT 990 PRO
dans la communauté des joueurs. Nous avons essayé le DT 900 PRO X avec
plusieurs genres sur PC, notamment les jeux de tir à la première personne
(FPS), des jeux d’aventure et des RPG.


Pour les FPS, il a produit une précision absolue de la direction de la
source audio sur le plan horizontal, ce qui nous permis de repérer
facilement la direction de notre ennemi ou d’un effet sonore donné. Il n’a
pas été aussi performant sur l’axe vertical, mais il s’agit d’une
compétence beaucoup plus rare qui tend à être limitée à des casques
extrêmement coûteux, comme la série HD 800 de Sennheiser, ou à des casques
de jeu comme le Blackshark V2 Pro de Razer.


Avec d’autres genres de jeux, le DT 900 PRO X a accompli un travail
admirable de reproduction des sons exigus et inquiétants des donjons avec
des titres comme Elden Ring.


Dans l’ensemble, nous ne recommandons le DT 900 PRO X pour le gaming que si
vous avez l’intention de l’utiliser davantage pour son usage principal car il est
deux fois plus cher que des meilleures options centrées sur le jeu, comme
le casque Razer susmentionné.

Le point sur la concurrence

Dans le domaine des casques de monitoring studio, il y a parmi nos modèles préférés le AKG K702, vendu désormais à un tarif plus accessible que ce DT900 Pro. Il y a aussi le classique DT990 Pro qui vous permettra d’économiser tout en obtenant d’excellentes performances également.

 


Conclusion


Le DT 900 PRO X est un casque qui fait exactement ce qu’il annonce : il
offre une solution audio relativement abordable et brutalement honnête pour
le mixage et l’ingénierie audio. Ses quelques faiblesses, tout à fait
compréhensibles à ce niveau de prix, peuvent être largement atténuées par
une pause d’écoute occasionnelle, une petite égalisation judicieuse ou une
sélection consciencieuse des sources. En revanche, le DT 900 PRO X ne sera jamais le casque au son le plus
universellement agréable que vous ayez écouté. Mais c’est exactement comme
cela qu’il a été conçu. Le seul acheteur qui, selon nous, pourrait être mécontent de son
investissement dans un DT 900 PRO X est celui qui l’aura acheté sans savoir
à quoi il se destine.



Article de ZDNET.com adapté par CNETFrance


Image : Michael Gariffo

We would like to thank the writer of this article for this amazing material

Test Beyerdynamic DT900 Pro X : notre avis – CNET France

Check out our social media profiles , as well as other pages related to it.https://kjovi.com/related-pages/