« Quand j’ai démarché le projet auprès des maisons de disques je me suis fait jeter de partout » – “The Live Experience”, le huitième album de ERA sort ce vendredi, six mois avant sa venue à l’Arkéa Arena 


19 mai 2022

Plus de 25 ans après la sortie de son premier album, ERA continue de détonner. Ce vendredi, le projet d’Eric Lévi sort “The Live Experience“, un nouvel album, avant de repartir en tournée avec une date le 17 décembre à l’Arkéa Arena. 

Eric Lévi est la preuve qu’on peut vendre des millions de disques tout en restant simple, discret et même en n’étant pas reconnu dans la rue. ERA, c’est lui. Et cette notoriété cachée, le musicien l’a toujours désirée. « Ce que je voulais mettre en avant ce sont les émotions de la musique plus que d’associer ça à un personnage » explique t-il. Eric Lévi c’est aussi un compositeur reconnu de musique de films. “Les Visiteurs“, c’est lui (aussi). “Enae Volare” et la bande originale de la réalisation de Jean-Marie Poiré tournée en Dordogne sont le fruit de son imagination alors que l’homme était déjà en train de faire mûrir le projet ERA. Le réalisateur, qui lui avait déjà accordé sa confiance pour “L’Opération Corned Beef” deux ans auparavant en 1991, fait de nouveau appelle à lui. « C’était un test pour moi » commente Eric Lévi. 

Le refus des maisons de disques et le succès immédiat 

Test concluant. “Les Visiteurs” cartonne à sa sortie et reste encore aujourd’hui l’une des comédies françaises les plus populaires. Sa musique, celle d’Eric Lévi, nommée aux Victoires de la Musique,  résonne toujours dans la tête des gens.

Grâce aux droits du film, qui a réalisé près de 14 millions d’entrées, le compositeur file enregistrer à Londres aux mythiques studios Abbey Road. La tache de démarcher les labels fut plus difficile et l’homme a été recalé  à de nombreuses reprises par les hautes sphères de la musique. « Quand j’ai démarché ERA auprès des maisons de disques je me suis fait jeter de partout » narre t-il. Finalement, et contre l’avis du directeur du label, Eric Lévi se fraye un chemin vers Mercury avec un projet hors du commun et totalement inédit fait de morceaux à tendances  médiévales avec des chants en anglais ou dans une langue inventée semblable au latin. Un risque payant puisque le premier album éponyme d’ERA, porté par le titre “Ameno“, est un succès et bien au-delà la frontière franco-française au point d’ailleurs que le groupe remporte à l’époque la Victoire de la musique de l’album français le plus vendu à l’exportation.

La consécration pour le persévérant Eric Lévi qui, bien avant ça, dans les années 70, fonde Shakin’Street avec Fabienne Shine. Corine Marienneau et Louis Bertignac avaient eu l’occasion aussi de piquer une tête au sein de la formation rock qui a pu tourner aux États-Unis auprès de Black Sabbath ou AC/DC, bien loin de l’univers que l’artiste s’est façonné 20 ans après. 

Un album live et des premiers pas sur scène plus de 20 ans après 

Par la suite, ERA dévoile six autres albums dans lesquels le musicien de 65 ans s’amuse à varier les registres. Les chants médiévaux restent là, l’électro ou le rock pointent le bout de leur nez. Et si ce n’est pas Arielle Dombasle qui collabore sur un projet, c’est alors du Bach ou du Vivaldi qui servent d’inspiration. Le tout, encore une fois loin des caméras ou des radios, frileuses de soutenir le projet, qualifié bien souvent d’ovni. 

En 2019, ERA se transporte sur les scènes de France et d’Europe. Une première après plus de deux décennies d’existence. « Les producteurs étaient timides, confie Eric Lévi. Il fallait attendre le bon moment… c’est comme pour le mariage » dit-il. Et encore une fois, le musicien parisien s’en sort et reçoit le soutien du tourneur Live Nation. Cette tournée passe notamment en novembre 2019 par l’Arkéa Arena. « Bordeaux ça fait partie des concerts qui m’ont laissé un très bon souvenir, il y a eu une vraie communion » se souvient le père du projet qui, face à lui, voit un public large et visages tous différents. ERA c’est aussi cette diversité. 

Coupés en plein élan par la Covid-19, Eric et ses musiciens doivent tout mettre sur pause. C’est alors que l’ancien hard rockeur travaille sur un album live. « On n’avait pas décidé de faire un album live mais j’ai été si agréablement surpris du son ». Cet opus, appelé The Live Experience” sort ce vendredi avec pas moins de 22 titres (dont deux inédits) issus de concerts faits à Strasbourg et Lille. « Je trouve que c’était une bonne idée de sortir cet album là à cette période, avant de repartir. Cela fait une bonne transition ». 




Car oui, après une reprise décalée, espérée mais finalement avortée pour l’hiver 2021, les 30 musiciens et chanteurs, vont bien reprendre la route avec une tournée des plus grandes salles de France et notamment dans le Sud-Ouest à l’Arkéa Arena et au Zenith de Toulouse les 17 et 18 décembre (la billetterie c’est par ici).

Un spectacle qui ne laissera personne indifférent. « Ce n’est surtout pas une comédie musicale, j’aime l’expression d’opéra rock » décrit Eric Lévi, lui-même présent sur scène avec une seule idée en tête : combler la foule. « Le plus important c’est que le public passe un bon moment avant de se faire plaisir à soi ». 

[Jérôme Martin-Castéra – photo : Benjamin Pavone]



We would like to give thanks to the author of this article for this outstanding content

« Quand j’ai démarché le projet auprès des maisons de disques je me suis fait jeter de partout » – “The Live Experience”, le huitième album de ERA sort ce vendredi, six mois avant sa venue à l’Arkéa Arena 

We have our social media profiles here and other pages related to them here.https://kjovi.com/related-pages/