Guide des Festivals lyriques de l’été 2021 en Europe – Actualités – Ôlyrix

L’incontournable Guide Ôlyrix estival recense les plus grands Festivals de musique classique et lyrique à travers l’Europe (par ordre chronologique) : de quoi célébrer la reprise culturelle cet été, où que vous viviez ou partiez en vacances

     Retrouvez également notre Grand Guide des Festivals en France

Festival de Glyndebourne du 20 mai au 29 août

Le Festival de Glyndebourne inauguré en 1934 et fortement touché par la crise en 2020 comme tant d’autres et avec une force inédite, se réjouit de pouvoir à nouveau accueillir ses 150.000 spectateurs pour sa fameuse programmation (et sur ses légendaires pelouses). Le Festival proposera ainsi six événements cet été, à commencer par Káťa Kabanová de Janáček mis en scène par Damiano Michieletto avec Robin Ticciati à la direction de Thomas Atkins, Sarah Pring, Alexander Vassiliev, David Butt Philip, Jessica Ouston, Katarina Dalayman, Nicky Spence, Kateřina Kněžíková, Aigul Akhmetshina, Tom Mole, Bethany Horak-Hallett, Robert Lewis, Robin Gladwin, le London Philharmonic Orchestra et le Chœur de Glyndebourne.
Le Turc en Italie de Rossini suivra dans une version Mariame Clément avec Anthony Gregory/David Shaw, Alessio Arduini, Elena Tsallagova, Nahuel di Pierro, Michele Angelini, Anna-Marie Sullivan (et les mêmes phalanges, sous la baguette de Sesto Quatrini). Ce London Philharmonic Orchestra et l’Orchestra of the Age of Enlightenment sous la direction de Robin Ticciati donneront ensuite quatre concerts : la Symphonie n°4 de Mahler avec la soprano Elizabeth Watts (après Purcell, Birtwistle et Vaughan Williams), Les Chants d’un compagnon errant (Lieder eines fahrenden Gesellen) avec le baryton Johannes Kammler (après du Jean-Féry Rebel et avant Adámek et Dvořák), les Wesendonck Lieder de Wagner avec la mezzo Karen Cargill (après Weber-Berlioz et avant Brahms), sans oublier un grand concert Mozart (dirigé par Bernard Labadie). Trois chefs-d’œuvre d’opéras de Mozart, Verdi et Wagner formeront la seconde moitié du programme. Così fan tutte mis en scène par Nicholas Hytner et dirigé par Riccardo Minasi invitera Konu Kim, Huw Montague Rendall, Alessandro Corbelli, Ida Falk Winland, Julie Boulianne et Hera Hyesang Park (avec l’Orchestra of the Age of Enlightenment). Luisa Miller par Christof Loy sous la conduite en alternance d’Enrique Mazzola et Jonathan Bloxham mettra à l’affiche en alternance Charles Castronovo et Ivan Magrì avec Carrie-Ann Williams, Krzysztof Bączyk, Evgeny Stavinsky. Enfin, Tristan et Isolde en version semi-scénique par Daniel Dooner confiera les rôles-titres à Simon O’Neill et Miina-Liisa Värelä avec John Relyea en Roi Marke et même Stuart Jackson en berger/marin (LSO et Chœur de Glyndebourne dirigés par Robin Ticciati).

Longborough Festival Opera du 1er juin au 3 août

Le Festival d’Opéra de Longborough en Angleterre, contraint d’annuler son édition 2020, accueillera à nouveau du public dans son théâtre intime de 500 sièges dans la chaîne de colline des Cotswolds pour quatre opéras du 1er juin au 3 août. Trois sur quatre sont des reports, avec La Walkyrie de Wagner par Amy Lane, dirigée par Anthony Negus pour sept représentations du 1er au 14 juin. Lee Bisset fera ses débuts dans le rôle de Brünnhilde (quatre ans après sa prestation en Isolde au même festival). Report également pour Le Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi avec quatre représentations mi-juillet. Cette production sera l’occasion pour la Directrice artistique maison Polly Graham d’y faire ses débuts comme metteuse en scène, le tout avec l’orchestre de l’Académie de Musique ancienne dirigé par Robert Howarth. Dernier report, La Petite Renarde Rusée de Janáček sera la production des artistes émergents et de la chorale de jeunes locale fin-juillet et début-août, dirigés par Justin Brown (actuel Directeur musical de l’Opéra d’État à Karlsruhe) et mise en scène par Olivia Fuchs. Toutefois, L’Élixir d’amour de Donizetti (dirigé par Alice Farnham et mis en scène par Cal McCrystal du cirque Giffords), prévu pour l’édition 2020, sera remplacé par Così fan tutte de Mozart traduit en anglais (avec Sam Brown à la mise en scène et Lesley Anne Sammons tenant la baguette du Barefoot Band dans sa propre réorchestration de la partition), programmé du 23 juin au 4 juillet.

Opera Holland Park (Londres) du 1er juin au 16 août

L’événement situé au cœur de Londres profite de l’allègement des restrictions en Angleterre et du retour du public pour proposer une riche programme lyrique cet été dans son auditorium repensé pour se conformer aux contraintes sanitaires de distanciation sociale (40 % de la capacité autorisée).
Du 1er au 28 juin, le public londonien pourra assister à la nouvelle production des Noces de Figaro (Mozart) par Oliver Platt, avec le City of London Sinfonia et le Chœur de l’Opera Holland Park, dirigés par George Jackson, et à la distribution, Julien van Mellaerts (Comte Almaviva), Nardus Williams (Comtesse Almaviva), Elizabeth Karani (Susanna), Ross Ramgobin (Figaro), ou encore Samantha Price (Chérubin). Également au programme, une production de 2018 pour La Traviata de Verdi (par Rodula Gaitanou) du 5 au 27 juin, avec Lauren Fagan et Alison Langer, ainsi que Matteo Desole et Stephen Aviss, alternativement dans les deux rôles principaux de Violetta et Alfredo, le tout sous la direction musicale de Matthew Kofi Waldren.
Suivront une nouvelle production de La Petite Renarde Rusée de Janáček du 13 au 30 juillet par Stephen Barlow, sous la direction de Jessica Cottis avec Jennifer France et Harriet Eylet alternativement dans le rôle principal, L’Amico Fritz de Mascagni du 16 au 31 juillet par la metteuse en scène Julia Burbach et sous la direction musicale de Beatrice Venezi fera chanter entre autres Matteo Lippi et Katie Bird. Pour la programmation anglo-saxonne, l’Opéra Holland Park présentera cet été l’opéra-comique The Pirates of Penzance de W. S. Gilbert et Arthur Sullivan du 3 au 7 août, et avant cela, du 1er au 3 juillet, non pas un opéra, mais une comédie musicale composée par Leonard Bernstein, Wonderful Town. La programmation estivale de l’opéra londonien s’achèvera avec deux adaptations de deux classiques de l’opéra dans le cadre du British Youth Opera’s guest season : une nouvelle interprétation de l’opéra d’Humperdinck, Hänsel et Gretel, du 10 au 15 août, dans une mise en scène et un livret en anglais signé Daisy Evans, sous la direction musicale de Stephen Higgins. Enfin, l’occasion fera le larron du 12 au 15 août (L’Occasione fa il ladro de Rossini mis en scène par Victoria Newlyn et dirigé par Peter Robinson).

Dalhalla Opéra Festival du 5 juin au 28 juillet

Le Dalhalla Festival suédois d’Opéra sur le lac Siljan en Dalécarlie s’ouvrira par une grande nuit chorale dirigée par Thomas Sjöström, avec The Mamas et le ténor d’opéra Glenn Kjellberg. Jesus Christ Superstar, comédie musicale d’Andrew Lloyd Webber et Tim Rice lancera ensuite une programmation éclectique : Woodstock Dalhalla, Diggiloo, Uggla, Miss Li & Petter, Rhapsody In Rock, P-Floyd, Humorkalaset, Lionel Richie, The Hives, Mando Diao & The Sounds, Weeping Willows with Friends, Dalhalla Brinner, Judas Priest, Lars Winnerbäck, The Ark et Tomas Ledin.

Festival des Arènes de Vérone du 19 juin au 4 septembre

Retrouvez la programmation complète dans notre article dédié

Festival d’Été au Parc de la Musique du Théâtre royal de Parme du 30 juin au 23 juillet

Le Théâtre royal de Parme annonce son Festival d’été au Parco della Musica, avec au programme, Don Pasquale de Donizetti dans la mise en scène de Pier-Francesco Maestrini du 30 juin au 11 juillet, porté par Laura Giordano, Antonio Mandrillo, Federico Longhi, Pablo Galvez et le Chœur du Théâtre royal de Parme (Ferdinando Sulla dirigera l’Orchestre Arthuro Toscanini pour les quatre représentations). Le Chœur du Théâtre royal de Parme participera également à deux représentations de Carmina Burana de Carl Orff (dans une version pour solistes, chœur, percussions et deux pianos), qui mettra en vedette (les 3 et 5 juillet) Hasmik Torosyan, David Astorga et Alberto Bonifazio, avec Giulio Zappa et Claudio Cirelli au piano. La programmation comprendra également plusieurs concerts de musique de chambre, une production de danse de Bolero / Carmen Sweet, tout en célébrant le 180ème anniversaire de la création du Rigoletto de Verdi (avec des activités pour la famille mettant en vedette le personnage principal de l’opéra du maître italien).

Ljubljana Festival du 1er juillet au 8 septembre

L’édition 2021 avait d’abord été annulée tout comme l’édition 2020, mais la 69ème édition du Ljubljana Festival aura finalement bien lieu cet été, avec en concert d’ouverture un programme Marjan KozinaBerlioz par l’Orchestre Mariinsky de Valery Gergiev. Le lendemain, le public lyrique pourra assister à une version concert de Carmen (Bizet) par l’Orchestre symphonique RTV Slovenia dirigé par Karel Mark Chichon, avec la mezzo-soprano Elina Garanca dans le rôle-titre, entourée entre autres de Jonathan Tetelman (Don José), Kostas Smoriginas (Escamillo), Marija Jelić (Micaëla). Toujours côté lyrique, la soprano Annamaria Dell’Oste proposera un concert pour les 700 ans de la mort du poète toscan Dante Alighieri avec également des musiques de film composées par Nicola Piovani qui dirigera le FVG Orchestra pour l’occasion. Le ténor devenu baryton et chef (et ancien directeur) Placido Domingo offrira également un concert événement (programme à venir), entouré des sopranos Saioa Hernández et Sabina Cvilak et accompagné par l’Orchestre symphonique RTV Slovenia dirigé par Jordi Bernacer. Le 14 juillet, le SNG Opera Maribor accueillera Madame Butterfly de Puccini (après une absence de plus de dix ans de l’œuvre dans la prestigieuse maison), dans une nouvelle production mise en scène par l’italien Pier Francesco Maestrini, avec l’ensemble du ballet SNG Maribor, l’Orchestre symphonique du SNG Maribor dirigé par Stefano Romani, et à la distribution, Rebeka Lokar, Irena Petkova, Renzo Zulian, Jaki Jurgec, Dušan Topolovec, Bogdan Stopar. S’ensuivront un concert, Mahler in Ljubljana par l’Ensemble Dissonance dirigé par Marko Letonja avec la soprano Nika Gorič, un concert du duo Sonya Yoncheva et Branko Robinšak, accompagnés par l’Orchestre SNG Opera et Ballet de Ljubljana dirigé par Domingo Hindoyan, avant un nouveau duo de grandes voix lyriques, avec Anna Netrebko et Yusif Eyvazov (l’Orchestre symphonique RTV Slovenia dirigé par Michelangelo Mazza), en attendant le concert du ténor star, Jonas Kaufmann, le 11 août, à nouveau avec l’Orchestre symphonique RTV Slovenia dirigé cette fois-ci par Jochen Rieder. Un concert de José Cura sera également offert au public de Ljubljana. Le ténor sera pour l’occasion entouré d’Elisa Balbo, Nuška Drašček, Pétér Balczó et de Marcell Bakonyi. Une première représentation mondiale est également au programme de cette édition avec l’opéra Aurora and the Cricket pour deux voix et ensemble de chambre, composé par Pavel Mihelčič (sur un livret du poète slovène Milan Dekleva), dans une mise en scène d’Eva Hribernik, avec la mezzo Nuška Drašček et le ténor Martin Sušnik. À noter également parmi les nombreux événements proposés par le festival, la présence de grands orchestres ou interprètes, comme Martha Argerich ou l’Orchestre symphonique de la radio viennoise ORF, ou la programmation pour plusieurs représentations de la comédie musicale Chicago.

Festival de Baden-Baden du 2 au 25 juillet

Si le Land de Bade-Württemberg décide de passer de l’actuel maximum de 250 spectateurs en intérieur à 500, et si l’incidence reste stable et inférieure à 100, après plus de sept mois de fermeture pour cause de pandémie, le Festspielhaus Baden-Baden devrait reprendre les représentations du 2 au 10 juillet avec toutes les symphonies de Ludwig van Beethoven sous la direction de Yannick Nézet-Séguin par l’Orchestre de Chambre d’Europe.
Le même Yannick Nézet-Séguin accompagnera au piano le 3 juillet la mezzo-soprano Joyce DiDonato dans le Winterreise (Le Voyage d’hiver) de Schubert. Et si toute la programmation de juin et de début juillet, dont un récital Sonya Yoncheva, a d’ores et déjà été annulé (une nouvelle date est recherchée pour la soprano bulgare), le festival souhaite toujours accueillir les 22 et 25 juillet (actuellement non réservable, mais pas annulé), une Tosca dirigée par Valery Gergiev avec les solistes du Mariinsky (spectacle qui doit également être filmé et retransmis en direct dans le Kurgarten de Baden-Baden, sous réserve de l’autorisation officielle correspondante), et deux concerts de l’Orchestre Mariinsky les 23 et 24 juillet.

Les Rencontres de la Musique et de l’Académie de Santander, du 2 au 29 juillet

20ème anniversaire du traditionnel rendez-vous estival organisé par la Fondation Albéniz, et pour l’occasion, le festival, tourné vers les talents musicaux de demain, accueillera 50 jeunes musiciens de toute l’Europe et 11 maestros prestigieux, tous réunis tout le mois de juillet à Santander, ainsi que dans 22 autres lieux dans toute la région de Cantabrie. Temps forts de cette édition, un concert spécial 20e anniversaire le 20 juillet à la salle Argenta, une première mondiale le 24 juillet avec une nouvelle œuvre écrite par Harrison Birtwistle, et un programme commémorant le 250e + 1 anniversaire de la naissance de Beethoven, sous la baguette du directeur artistique du festival, Péter Csaba, après que la pandémie ait eu raison du concert des 250 ans prévu en 2020. Également comme chaque année, de grands musiciens et chanteurs se transformeront en professeurs pour des sessions thématiques, avec cette année, côté lyrique, des ateliers pédagogiques Voix et musique de chambre par le ténor John Graham-Hall du 19 au 27 juillet. Plusieurs concerts lyriques seront également programmés, le ténor John Graham-Hall interprétant des Lieder du Voyage d’hiver de Schubert avec le pianiste Duncan Gifford dans le cadre d’un des nombreux concerts étudiants-professeurs, participant aussi à plusieurs concerts où il interprétera du Britten, du Balfe, on encore des extraits de West Side Story de Bernstein. Il partagera cette année l’affiche lyrique du festival avec les jeunes barytons Gabriel Alonso et Yuriko Takemoto, la jeune soprano Julie Gebhart, le jeune baryton-basse Ihor Voievodin, la jeune mezzo-soprano Olga Syniakova, et jeunes les ténors Xavier Hetherington et Florian Panzieri. Ce dernier chantera, au concert de clôture, des airs de Britten, Mozart, Duparc, Poulenc, Puccini et Hugo Wolf.

Festival de Buxton du 8 au 25 juillet

Ambiance plus intime avec le Festival anglais d’Opéra de Buxton qui accueille chaque année des opéras peu joués. Pour cette édition, le festival s’ouvrira le 8 juillet avec une comédie musicale, A little Night Music, composée par Stephen Sondheim (créée à Broadway en 1973), pour six dates jusqu’au 24 juillet, dans une mise en scène de Paul Kerryson (lauréat aux UK Theatre Awards 2014 et Directeur général de Buxton Opera House). Wyn Davies dirigera l’orchestre du festival, et à la distribution lyrique, le public pourra venir écouter Joseph Doody, Rachel Speirs, Sarah Prestwidge, Olivia Tringham et Emyr Lloyd Jones.
Le public pourra également venir assister cet été au Dancing Master de Malcolm Arnold, (qui remporta l’Opera Award aux BBC Music Magazine Awards 2021 sous la direction de John Andrews). Pour Buxton, John Andrews et le Northern Chamber Orchestra donneront quatre représentations de l’opéra du 9 au 22 juillet, mis en scène par Susan Moore, faisant briller les chanteurs Eleanor Dennis, Catherine Carby, Fiona Kimm, David Webb, Mark Wilde et Graeme Broadbent.
Deux représentations de l’opéra Le Cochon enchanté de Jonathan Dove seront par la suite proposées au public les 10 et 17 juillet. L’opéra créé en 2006 inspiré de contes populaires roumains et norvégiens et qui mélange l’opéra, le théâtre musical, le vaudeville et la comédie musicale, est mis en scène par Nick Bond et porté par de jeunes artistes (qui ont joué l’opéra pour la première fois en février 2020 au Cosmo Rodewald Concert Hall de Manchester). Katherine Stonham dirigera entre autres Katherine Macaulay, Jonny Reynolds, Freya Parry, Verity Stroud, Ellie Klouda,Molly Sprouting, ou encore Thomas Clough.
Les 11 et 17 juillet, les festivaliers pourront découvrir une création, Dido’s Ghost, par Errollyn Wallen. La compositrice britannique née au Belize prolonge ici Didon et Énée de Purcell par une nouvelle pièce, située après la mort de Didon. L’opéra sera joué avec les instruments d’époque du Dunedin Consort dirigé par Jack Butt, et mis en scène par Frédéric Frederic Wake-Walker, avec les voix d’Idunnu Muench et Matthew Brook dans les rôles de Didon et Enée, accompagnés de Nardus Williams, Jessica Gillingwater et Tim Dickinson.
Le festival s’achèvera avec deux opéras, Cendrillon les 12 et 24 juillet, non de Rossini ni de Massenet, mais de Pauline Viardot, un opéra-comique qui sera interprété par les jeunes talents 2021 du Buxton Festival, sous la direction de Laura Attridge, avant Acis et Galatée de Haendel du 12 au 20 juillet pour 5 dates avec the Early Opera Company dirigé par Christian Curnyn, dans une mise en scène de Martin Constantine (Anna Dennis et Sam Boden tiendront les rôles titres).

Festival de musique ancienne d’Innsbruck du 13 juillet au 29 août

Dédié aux chefs-d’œuvre du XVIe et XVIIe siècle, le Festival de musique ancienne d’Innsbruck se tiendra cette année du 13 juillet au 29 août avec plus de 50 événements programmés sous la devise des « Perspectives ». En ouverture, l’ensemble Al Ayre Espanol interprétera les sonates en trio op. 2 de Haendel. Suivront notamment des concerts des ensembles Agamemnon, Tasto Solo qui interpréteront du Vincenzo Ruffo, le Concerto Scirocco, l’Ensemble Astrée avec la soprano Stéphanie Varnerin, l’Ensemble Jupiter dirigé par Thomas Dunford avec la mezzo Lea Desandre, l’Ensemble Barocchisti dirigé par Diego Fasolis, avec les Solistes et le Chœur de la Radio-télévision suisse pour interpréter le Requiem de Francesco Durante, La Florida Capella pour des motets d’Alessandro Melani, l’ensemble Repicco ou encore Café Zimmermann.
Pour la programmation opéra à la Maison de la Musique d’Innsbruck, le public pourra assister à trois raretés. La première, pour six représentations du 6 au 16 août, sera Idalma overo Chi la dura la vince (“Le Dernier l’emporte”) de Bernardo Pasquini par la jeune metteuse en scène Alessandra Premoli, avec l’Orchestre international du Festival d’Innsbruck sous la conduite du Directeur maison Alessandro de Marchi avec la soprano Arianna Vendittelli en vedette. Également au programme, Boris Goudenow de Johann Mattheson (à ne pas confondre avec Boris Godounov de Moussorgski qu’il précède d’un siècle et demi) pour 4 représentations du 31 juillet au 14 août. La partition écrite en 1710 tombée dans l’oubli, n’aura eu sa première qu’en 2005 après un retard de près de 300 ans, et pour cette représentation, elle sera défendue par le Concerto Theresia (direction Andrea Marchiol), avec notamment les sopranos Flore van Meerssche et Julie Goussot, la mezzo-soprano Alice Lackner et le ténor Erich Price. Dernière production scénique, la “Pastorelle en musique” de Georg Philipp Telemann, avec Ensemble 1700 et le Vocalconsort Berlin, dirigés par Dorothee Oberlinger, et à la distribution, Lydia Teuscher, Marie Lys, Alois Mühlbacher, Virgil Hartinger et Florian Götz.
À noter également, un grand spectacle de musiciens, acrobates, showpeople, échassiers, conteurs au château d’Ambras, des numéros dans les rues d’Innsbruck où des musiciens des quatre coins du monde joueront et interpréteront des chansons populaires et des danses folkloriques des périodes Baroque et Renaissance. Le 45ème festival de musique ancienne d’Innsbruck se clôturera par le 12ème Concours international de chant pour l’opéra baroque Pietro Antonio Cesti.

Cantiere Internazionale d’Arte (Montepulciano) du 15 juillet au 1er août

La 46ème édition du Cantiere Internazionale d’Arte de Montepulciano au cœur de la Toscane offrira 35 événements, dont plusieurs premières, et une attention particulière sera portée cette année aux formes contemporaines, avec de nombreuses œuvres nouvelles commandées à des artistes innovants. Parmi la programmation, le ballet Fils d’un Dieu ivre par 11 comédiens-danseurs dès le 16 juillet, précédera la création d’un opéra commandé au compositeur Federico Gardella et à la dramaturge Cecilia Ligorio programmé les 31 et 1er août. Quatre soirées de concerts symphoniques sont également prévues, entre profils de renommée mondiale et jeunes générations, pages classiques et dialogue d’idées nouvelles.
Le 18 juillet, l’Orchestre de Toscane sous la direction d’Antonio Greco (Directeur musical du festival) proposera un programme de Haendel à Haydn jusqu’au Trio Kanon de Beethoven, puis le 30 juillet, l’orchestre revient sous la baguette de Markus Stenz avec un programme Stravinsky, Brahms (Symphonie n° 1) et la Fantasia connexe conçue par Detlev Glanert. Le 24 juillet, la soprano Valeria La Grotta et la mezzo Anna Bessi accompagneront l’Orchestre Poliziana dirigé par Antonio Greco pour une pièce commandée au compositeur Carlo Boccadoro, tandis que la Chorale Poliziana chantera avec les deux solistes le Gloria en ré majeur et le Credo en mi mineur de Vivaldi. À noter également, une création chorégraphique dédiée à l’histoire de l’artiste danoise, icône des droits transgenres, Lili Elbe, un spectacle inspiré de La Belle au bois dormant par Laura Fatini, et côté deux pianos, un concert pour le cinquantième anniversaire de la mort d’Igor Stravinsky. Laura Catrani chantera pour sa part les textes de Tiziano Scarpa pour célébrer le toscan Dante Alighieri et Astor Piazzolla sera célébré par deux autres concerts. Parmi les nouveautés du 46ème Cantiere Internazionale d’Arte des lectures musicales seront également organisées. Enfin, le 1er août, le concert de clôture sera porté par la jeune équipe de Montepulciano avec Antonio Greco, proposant pour l’événement un parcours sur la musique française, la Pavane pour une infante défunte de Ravel, la Pavane ainsi que Pelléas et Mélisande de Fauré, pour terminer avec le Concerto pour piano n°1 de Ludwig van Beethoven.

Festival Castell de Peralada du 16 juillet au 1er août

Le
Festival espagnol Castell de Peralada fête cette année son 35ème
anniversaire et les retrouvailles avec le public (respectant toutes
les mesures de sécurité et avec une capacité autour de 70%)
pour une édition du 16 juillet au 1er août. Le Festival s’ouvrira avec Ballet
for life 
(Maurice Béjart), par le ballet de Lausanne. La troupe reviendra le
lendemain, avant un spectacle du ballet de Barcelone et un gala de
danse événement, Ballet under the Stars. Le 25 juillet, le
public de Peralada pourra assister en version concert à Tosca de
Puccini portée par les stars Sondra RadvanovskyJonas Kaufmann et Carlos Álvarez (avec les phalanges du Teatro Real de Madrid,
sous la direction de l’italien Nicola Luisotti). Si la Tosca sera en version de concert, c’est dans une mise en scène (signée Rafael R. Villalobos) qu’Orlando (premier des trois opéras du compositeur anglais d’origine
allemande Haendel inspirés de Roland Furieux d’Arioste) viendra le 30 juillet.
Dani Espasa dirigera depuis le clavecin l’ensemble baroque Vespres
d’Arnadí dans une production qui réunit des spécialistes du genre : Xavier Sabata
(Orlando), Sabina Puértolas (Angelica), José Antonio López
(Zoroastre), Marie Lys (Dorinda) et Eve-Maud Hubeaux (Medoro). Dans la programmation
Haendel toujours, William Christie et Les Arts Florissants proposeront la cantate pastorale, Aminta e Fillide, à l’église du Carme
l’après-midi le 1er août.
Les têtes d’affiche sont aussi en récitals, toujours à l’église du Carme pour le ténor Benjamin Bernheim le 24
juillet avec une programmation de mélodies et arias, idem le 31
juillet, pour la soprano lyrico-dramatique wagnérienne Lise Davidsen. Les jardins de
Peralada accueilleront un récital pour le jeune public, Opéra
Followers
, avec les voix d’Olga Syniakova et Manuel Fuentes
(lauréats du Prix Extraordinaire Festival
Castell de Peralada
dans le Concours Ténor Viñas 2020 et 2021).
Et après un seul en scène du chanteur et compositeur Rufus
Wainwright et de Sílvia Pérez Cruz, cette édition se clôturera en
apothéose le 1er août avec un concert lyrique du ténor belcantiste
Javier Camarena, accompagné par les forces vives du Grand Théâtre du Liceu avec un
programme Delibes, Bizet, Donizetti, Mozart
et Puccini.

Gstaad Menuhin Festival du 16 juillet au 4 septembre

Nouvelle
édition thématique consacrée à une grande ville pour le Gstaad Menuhin Festival fondé en 1957
par le grand violoniste Yehudi Menuhin, après Paris et Vienne, Londres est cette année à l’honneur, avec l’invitation du ténor Juan Diego Flórez, du baryton Thomas Hampson et de la mezzo-soprano Anne Sofie von Otter comme têtes d’affiches lyriques. Pour cette édition, le festival offrira également
une carte blanche au violoniste disciple de Menuhin, Daniel Hope
(artiste en résidence) pour trois programmations de musique anglaise
entre musique de chambre et chant a cappella. La première ouvrira le
Festival à l’Église de Saanen avec un programme chambriste, avant l’ensemble a cappella Voces8 le 19
juillet puis le baryton Thomas Hampson le 22 juillet (programme
Bridge, Walton, Ralph Vaughan Williams, Beethoven). Plusieurs soirées “Menuhin’s Heritage Artists” (une invitation
chaque été pendant cinq ans faite à de jeunes musiciens dont la carrière démarre) inviteront ainsi la trompettiste Lucienne
Renaudin Vary, l’accordéoniste Félicien Brut, le pianiste Alexandre
Kantorow ainsi que les violonistes Bomsori Kim et Nemanja Radulovic. Des
récitals encore, avec les pianistes Paul Lewis, Sebastian Knauer,
András Schiff, Bertrand Chamayou, Fazil Say, Marie-Ange Nguci et
Alexandra Dovgan, les violonistes Isabelle Faust, Patricia
Kopatchinskaja, Renaud Capuçon et Nathan Mierdl (lauréat du Pop-up
Festival 2020), et le Quatuor Belcea. La Tente du festival
accueillera comme chaque édition les soirées symphoniques, deux d’entre elles étant animées par le chef Jaap van Zweden avec le Gstaad
Festival Orchestra et la pianiste Khatia Buniatishvili pour un
programme Weber, Tchaïkovski, Dvořák, et avec la
violoncelliste Sol Gabetta pour un concert Elgar et Brahms le 14 août (deux autres seront portées par Valery Gergiev et son orchestre du Théâtre
Mariinsky de Saint-Pétersbourg, avec en solistes le pianiste
Alexander Kantorow et la violoniste Alexandra Conunova). Côté
programmation baroque, le public pourra apprécier le
Concert Spirituel d’Hervé Niquet qui proposera des chorals de Haendel, mais aussi le Tenebrae Choir de Londres alternant entre Renaissance et modernité, ainsi qu’un autre concert Haendel du
flûtiste Maurice Steger et du violoniste Rachel Podger. À noter
également, Les Matinées des Jeunes Étoiles dirigées par Oleg
Kaskiv, des masterclass de grands professeurs, et des concerts
ouverts au public sous le label “L’Heure Bleue”. Également le
traditionnel concert dans les hauteurs de Lauenen animé par les
cuivres et les percussionnistes du Gstaad Festival Orchestra.
Le Retour
au lyrique se fera dans la Tente du Festival de Gstaad lors d’une grande soirée opéra le 28 août, avec Les Puritains de
Bellini par Lisette OropesaJavier Camarena, Erwin Schrott, Annalisa Stroppa, George Petean, Antonio di Matteo et Patrizio Saudelli, le chœur
du Zürcher Sing-Akademie et l’Orchestre de la Suisse Romande (direction Domingo Hindoyan). Le festival se clôturera par un concert consacré aux plus
célèbres musiques de films anglais, proposé par Kevin Griffiths et
le City Light Symphony Orchestra.

Riga Jurmala Music Festival du 16 juillet au 5 septembre

Étalé sur quasiment deux mois tout au tout au long de l’été, le Riga Jurmala Music Festival né à l’été 2019 offrira cette année 20 concerts dans les villes de Riga et de Jurmala : à l’Opéra national de Lettonie, dans la grande salle des guildes et la salle de concert Dzintari. L’Orchestre symphonique de la radio bavaroise avec Sir John Eliot Gardiner et le pianiste Yuja Wang ouvriront cette édition le 16 juillet avec un programme Brahms et Schumann au Dzintari Concert Hall, avant un autre concert des mêmes chef et orchestre, mais cette fois-ci avec Andras Schiff. Côté ensembles, les festivaliers pourront profiter du chœur The King’s Singers, avant un récital de Matthias Goerne accompagné par le pianiste Víkingur Ólafsson pour un programme Schubert, Schumann et Brahms. La soprano Renée Fleming sera de son côté accompagnée par le Concertgebouworkest et Daniel Harding, le baryton-basse Bryn Terfel par le pianiste Annabel Thwaite pour notamment des chansons des îles celtiques. Christine Goerke et Klaus Florian Vogt interpréteront plusieurs extraits de Lohengrin, Parsifal, Le Crépuscule des Dieux et La WalkyrieWagner avec son Orchestre du Festival de Bayreuth dirigé par Andris Nelsons. Un concert événement qui sera même dédoublé, les deux chanteurs lyriques de la vieille s’adjoignant également les services vocaux de Günther Groissböck, pour l’Acte I de La Walkyrie (voir notre article consacré au Festival de Bayreuth). L’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg dirigé par Yuri Temirkanov proposera deux concerts, le second avec le violoniste Renaud Capuçon pour un programme Verdi, Bruch, Rachmaninov, et tout au long de la durée du festival, le public pourra venir écouter de grands interprètes tels que Daumants Liepiņš, Alexandre Kantorow, Yoav Levanon, Arcadi Volodos, Daniel Lozakovich, Leif Ove Andsnes, George Li, Yefim Bronfman, Marc Bouchkov, Mao Fujita ou encore Maria João Pires.

Festival de Verbier du 16 juillet au 1er août

Pour cette 28ème édition, le Verbier Festival et son orchestre de jeunes musiciens annonce un programme Unlimited, du lever au coucher du soleil, des hauteurs du Mont-Fort jusqu’au cœur du Val de Bagnes. Dans le très riche programme cette année, parmi les temps forts de cet été, un pèlerinage à 3.300 mètres d’altitude verra les musiciens du Verbier Festival accompagner le lever du soleil au sommet du Mont-Fort, avant une série de concerts éclectiques. Musique et nature résonneront sur la scène des Garden Parties sur le green de l’Hôtel de la Poste, dans des Concerts Panoramiques avec vue sur Verbier depuis la Terrasse du Chalet d’Adrien, sans oublier des promenades musicales. Naughty Limericks (1963), Concerto pour orchestre de Shchedrin sera dirigé par Valery Gergiev (Directeur musical du Verbier Festival Orchestra) pour le concert d’ouverture. Le pianiste Denis Matsouïev poursuivra la soirée avec le poétique Concerto pour piano n° 1 de Tchaïkovski. Entre grands noms de la musique classique, tels Chilly Gonzales, Joshua Bell, Steven Isserlis ou Evgeny Kissin, trois opéras en version concert feront l’événement. Le 20 juillet, La Fanciulla del West de Puccini sera exécuté par le Verbier Festival Orchestra et l’Oberwalliser Vokalensemble dirigés par Valery Gergiev, avec dans les rôles principaux Maria Bayankina (Minnie), Ambrogio Maestri (Jack Rance), Brandon Jovanovich (Dick Johnson, alias Ramerrez), Germán E. Alcántara (Jake Wallace), Andrés Agudelo (Nick). L’acte 2 du Tristan et Isolde de Wagner sera ensuite proposé par l’Orchestre du festival, mais dirigé ici par Daniele Gatti, avec Stuart Skelton et Nina Stemme dans les rôles-titres. Retour à Puccini le 1er août, ultime jour du festival, avec cette fois une version concert de La Bohème (Puccini) où James Gaffigan dirigera les chanteurs de l’Academy et le Verbier Festival Junior Orchestra, Sungho Kim (Rodolfo), Stephen Marsh (Marcello), Alexander York (Schaunard), Edward Jowle (Colline), Sylvia D’Eramo (Mimi).
Des concerts lyriques et récitals de chant sont également au programme de cette édition, avec des noms prestigieux tels que le baryton Benjamin Appl accompagné du pianiste James Baillieu pour interpréter des Lieder de Schubert, Adèle Charvet toujours avec James Baillieu, la soprano Olga Peretyatko accompagnée par le pianiste Matthias Samuil, ou encore Matthias Goerne qui traversera avec Nikolaï Lugansky les froides contrées du Winterreise (Le Voyage d’hiver) de Schubert, avant d’être accompagné par le Verbier Festival Chamber Orchestra dirigé par Lahav Shani pour un programme Schoenberg, Schubert, Wagner. À noter également des masterclass de Véronique Gens, Barbara Frittoli, James Garnon, Thomas Hampson, Thomas Quasthoff, ou encore du metteur en scène d’opéra Tim Carroll, et plusieurs ateliers avec les chanteurs de l’Atelier Lyrique et leurs camarades instrumentistes de l’Academy, qui proposeront en outre une soirée cabaret autour de Cole Porter.

Festival de Brégence du 21 juillet au 22 août

Après avoir reçu l’assurance que tous les spectacles pourraient accueillir 100% du public (après sa suspension en 2020), le Festival autrichien et sa scène monumentale sur les rives du lac de Constance qui lui donne toute sa magie, revient avec une riche programmation lyrique. Le grand opéra présenté cette année sera le retour du Rigoletto de Verdi dans les décors créés en 2019 par Philipp Stözl. Une triple distribution alternera, et même une quadruple pour le rôle-titre : Scott Hendricks, Juan Jesús Rodríguez, Daniel Luis de Vicente et Vladimir Stoyanov, avec Long Long, Pavel Petrov, Ovidiu Purcel pour le rôle Duc de Mantoue, Stacey Alleaume, Hila Fahima, Ekaterina Sadovnikova en Gilda. L’Orchestre Symphonique de Vienne sera dirigé par Julia Jones et Daniel Cohen, avec également les Chœur Philharmonique de Prague et du Festival de Brégence, mais également le Wired Aerial Theatre (danseurs à l’élastique).
Le public pourra aussi assister au Nero d’Arrigo Boito mis en scène par Olivier Tombosi le 21 juillet en ouverture du festival, avec trois dates jusqu’au 2 août, Rafael Rojas dans le rôle-titre, l’Orchestre Symphonique de Vienne et le Chœur Philharmonique de Prague dirigés par Dirk Kaftan.
Rossini est également au programme cette année avec L’Italienne à Alger les 16, 18 et 20 août, mis en scène par Brigitte Fassbaender, Jonathan Brandani dirigeant l’Orchestre symphonique de Vorarberg, Alberto Comes et Sarah Yang dans les rôles principaux.
L’Orchestre Symphonique de Vienne et Andrés Orozco-Estrada proposeront également La Création de Haydn avec la soprano Anna El-Khashem, le ténor Patrik Reiter et le baryton-basse Florian Boesch, puis L’Or du Rhin de Wagner avec Brian Mulligan, Michael Nagl, Patrik Reiter, Will Hartmann et Martin Winkler. À noter également des concerts de l’ensemble Musicbanda Franui avec Nikolaus Habjan, plusieurs concerts Musik & Poesie et un Beethoven goes Africa par le Bochabela String Orchestra & Friends.

Munich Opera Festival du 29 juin au 31 août

Le Festival estival de l’Opéra d’État de Bavière à Munich s’ouvrira en 2021 avec une nouvelle production de l’opéra Tristan et Isolde (Wagner à par Krzysztof Warlikowski. Kirill Petrenko (chef du Berlin Philharmonic en poste depuis l’automne 2019) dirigera Jonas Kaufmann et Anja Harteros, avec l’Orchestre et le Chœur maison. Également au programme de cette édition, une nouvelle production d’Idomeneo de Mozart dans le contexte plus intime du Prinzregententheater avec une mise en scène d’Antú Romero Nunes, les phalanges bavaroises sous la direction de Constantinos Carydis, et à la distribution, Matthew Polenzani dans le rôle-titre, entouré d’Emily D’Angelo, Olga Kulchynska, Hanna-Elisabeth Müller, Martin Mitterrutzner. Les Oiseaux de Walter Braunfels (qui furent créés dans ce Théâtre national de Munich le 20 novembre 1920) reviendra dans une nouvelle mise en scène de Frank Castorf, avec Wolfgang Koch en Prométhée. À noter la création du ballet Today is Tomorrow par le Ballet d’État de Bavière.
Outre ces nouvelles productions, le festival proposera également dix autres opéras : Klaus Florian Vogt, Christian Gerhaher et Lise Davidsen dans Tannhäuser de Richard Wagner par Romeo Castellucci, mais également Salomé de Richard Strauss par Warlikowski et Petrenko avec Marlis Petersen. Des représentations d’Otello (avec Anja Harteros), Les Noces de Figaro (par Christof Loy avec Ludovic Tézier, Golda Schultz, Aida Garifullina, Anne Sofie von Otter), Rusalka (avec Kristine Opolais), Macbeth (avec Simon Keenlyside, Roberto Tagliavini, Ekaterina Semenchuk), Le Freischutz (par Dmitri Tcherniakov avec Golda Schultz, Anna Prohaska, Kyle Ketelsen, Pavel Černoch), Le Vaisseau fantôme (par Peter Konwitschny avec Ain Anger, Anja Kampe) et L’Or du Rhin (direction Valery Gergiev) complètent le programme.
Pour les mélomanes qui n’auront pas pu obtenir de places, dans le cadre des événements Opera for all (sous réserve des réglementations sanitaires à ce moment-là), Aida sera retransmis le 17 juillet en version concert gratuite en plein air, dirigée par Zubin Mehta avec Krassimira Stoyanova dans le rôle-titre, Anita Rachvelishvili et Fabio Sartori, idem pour la nouvelle production de Tristan et Isolde diffusée en direct sur la Max-Joseph-Platz le 31 juillet.
Des concerts et récitals seront également proposés, comme chaque édition. Christian Gerhaher sera accompagné par le pianiste Gerold Huber, alors que Matthew Polenzani donnera un concert avec Julias Drake au Prinzregententheater. Le baryton-basse Erwin Schrott reviendra dans cette édition pour un concert Tango Diablo, mais cette fois-ci au Prinzregententheater, où chanteront également le baryton français Ludovic Tézier, et Sonya Yoncheva avec le pianiste écossais Malcolm Martineau (et comme chaque année, les différents ensembles du Bayerisches Staatsorchester proposeront bon nombre de concerts).

Festival Puccini du 23 juillet au 10 août

Le Festival Puccini de Torre del Lago offrira pour sa 67ème édition, trois opéras : Tosca pour trois représentations le 23 juillet et les 6 et 13 août dirigées par Alberto Veronesi et mises en scène par Stefania Sandrelli, une nouvelle production de Turandot par Daniele Abbado, dirigé par John Axelrod pour quatre dates les 24 et 30 juillet et les 14 et 20 août, et La Bohême par le grand réalisateur de film italien Ettore Scola sous la baguette d’Enrico Calesso, le 31 juillet et les 7 et 21 août.
L’Orchestre du Festival Puccini donnera également plusieurs concerts comme chaque édition, avec cette année un concert symphonique le 5 août dirigé par Roberto Abbado, et deux concerts événements, Caruso Forever par et avec l’écrivain Stefano Massini (direction Alberto Veronesi) sans oublier une soirée le 12 août avec en vedette l’écrivain Giuseppe Montesano et l’acteur Toni Servillo accompagnés de l’orchestre du festival dirigé par Gianna Fratta. Pierrot Lunaire, Tanti Baci, l’autre Giacomo et La Bicicletta di Bartali seront d’autres événements organisés durant le festival où le public pourra entendre les voix d’Anna Bonaiuto, Livia Raclo, Anna Nogara, Renato Raimo, Francesca Orsini, Francesca Maionchi, Marco Miglietta, mais encore les ensembles Giorgio Bernasconi ou du Puccini Festival. Les festivités s’achèveront par une promenade Puccini, avant une projection du film de Chaplin, Les Lumières de la ville à la citadelle de Viareggio avec l’Orchestre de Toscane dirigé par Helmut Imig.

Festival de Bayreuth du 25 juillet au 25 août

Retrouvez la programmation complète dans notre article dédié

Festival de musique ancienne de Bruges du 6 au 14 août

Le Festival Baroque flamand s’ouvrira par la Rappresentatione di Anima e di Corpo (Emilio de’ Cavalieri) avec les Vox Luminis de Lionel Meunier. Frank Deleu le lendemain fera résonner au Carillon le luth de Dowland et le Liebestod de Wagner, puis La rue chagrin chantera les chansons de l’avant-garde parisienne menant au spectacle du soir : “Haine et Vengeance” de Haendel et Porpora par Le Concert de l’Hostel Dieu, direction Franck-Emmanuel Comte avec la mezzo-soprano Giuseppina Bridelli.
Le 8 août sera la journée du traditionnel VéloBaroque : un voyage à deux roues à travers la campagne de Bruges à la rencontre de lieux et d’ensembles musicaux (The Curious Bards, Claudio Ribeiro & Inês d’Avena, Annelies Van Gramberen & Sim Van Thienen, Siglo de Oro, ART’uur et Kugoni Trio). Le 9, l’Ensemble Cantoría dirigé par Jorge Losana proposera des Ensaladas (cocktail renaissance de passions du Sud), et les Voces Suaves chanteront dans la foulée des Madrigaux déguisés (de Monteverdi). Le 10 août sera Mozartien avec pas moins de quatre rendez-vous : rencontres Mozart-Hummel & Beethoven en quatuor pianoforte, flûte, violon et violoncelle, puis la soprano Annelies Van Gramberen pour une adaptation en théâtre musical des Noces de Figaro, en prélude à une adaptation de Cosi fan tutte dirigé du piano par Wouter Deltour (avec Lucas Cortoos, Annelies Van Gramberen, Clara Cleymans, Carine van Bruggen, Arne Luiting en Guglielmo, Fiordiligi, Despina, Dorabella et Ferrando), avant une adaptation de Don Juan (en parallèle avec un programme Nuit et Jour ars nova par le Sollazzo Ensemble).
Les Surprises de Louis-Noël Bestion de Camboulas chanteront un programme De Profundis mettant en regard Lully & Desmarest, Bach & Hersant avant une Apothéose Lully et Corelli in Elysium par Ludus Instrumentalis d’Evgeny Sviridov, Carnevale veneziano d’Il Fasolo par Le Poème Harmonique de Vincent Dumestre. Les festivités se concluront sur la Finale du Concours du Festival puis un programme par le Chœur et Orchestre Capella Cracoviensis (direction Jan Tomasz Adamus).

Festival international d’Édimbourg du 7 au 29 août

L’imposant festival d’Édimbourg revient en 2021 après l’annulation de 2020, et pour l’occasion, trois pavillons extérieurs temporaires seront installés dans toute la ville pour accueillir le retour du public (avec des scènes de concert couvertes et des sièges socialement éloignés). Après Buxton, l’opéra Dido’s Ghost viendra au Festival d’Édimbourg en tête d’affiche (une réinvention de Didon et Enée de Purcell par la compositrice béliziennne-britannique Errollyn Wallen, avec la soprano Golda Schultz -voir le paragraphie de ce guide sur le Festival de Buxton-, mais également une nouvelle version d’Ariane à Naxos de Strauss dirigée par Sir Andrew Davies, avec Dorothea Röschmann à la tête de la distribution, et Falstaff de Verdi par le Scottish Opera dans une nouvelle mise en scène de Sir David McVicar sous la direction de Stuart Stratford, qui offrira l’occasion à la compagnie nationale écossaise de jouer dans une salle couverte pour la première fois depuis plus d’un an.
Les temps forts du programme de musique classique de cette année seront portés par le Royal Philharmonic Orchestra dirigé par Vasily Petrenko, avec en vedette Isata Kanneh-Mason, mais également par Sir Simon Rattle avec le London Symphony Orchestra et la star américaine du lyrique Joyce DiDonato. Malcolm Martineau et ses amis célébreront le 250e anniversaire de la naissance de Sir Walter Scott avec un concert Walter Scott 250. Et avec cet hommage au grand écrivain écossais, sera également présentée une série consacrée à la musique traditionnelle écossaise par différents grands interprètes, et une série de trois concerts d’instrumentistes traditionnels célébrant les liens entre l’Écosse et l’Irlande. Le programme d’artistes en résidence du Festival international comprendra cette année la violoniste écossaise Nicola Benedetti avec son nouvel ensemble baroque, alors que le baryton-basse Thomas Quasthoff donnera des masterclass publiques ainsi qu’un concert avec son quatuor de jazz, sans oublier le Chineke! Orchestra (qui se définit comme “premier orchestre majoritairement noir et ethniquement diversifié d’Europe”).

Drottningholms Slottsteater du 7 août au 28 août

Le seul théâtre au monde à toujours utiliser sa machinerie d’époque du XVIIIe siècle proposera cette année Agrippina de Haendel incarnée par Ann Hallenberg (artiste en résidence de ce Festival suédois) avec Nahuel di Pierro (Claudio), Bruno De Sá (Nerone), Kristina Hammarström (Ottone), Roberta Mameli (Poppea), Giacomo Nanni (Pallante), Kacper Szelążek (Narciso), Mikael Horned (Lesbo) sous la direction de Francesco Corti et dans une mise en scène signée Staffan Valdemar Holm du 7 au 21 août. La mezzo proposera également un concert Dopo notte le 28 imaginé par Tuvalisa Rangström sous la baguette de Stefano Montanari, de nouveau avec l’Orchestre du Théâtre de Drottningholm.

Festival Rossini de Pesaro du 9 au 22 août

Alors
que cette 42ème édition devait démarrer le 20 mai, il débutera
finalement le 9 août avec une réduction des capacités pour les
trois salles du festival : Vitrifrigo Arena, Teatro Rossini et
l’Auditorium Scavolini. Malgré cela, le programme du Festival
Rossini de cette année sera d’une richesse rare, avec pas
moins de quatre nouvelles productions prévues et 25 événements pour tout
le festival. Une de ces quatre nouvelles productions ouvrira le
festival : Moïse et Pharaon pour quatre représentations, dans une mise en scène de Pier Luigi Pizzi, avec
l’Orchestre Symphonique National de la Rai et le Chœur du théâtre
Ventidio Basso dirigés par Giacomo
Sagripanti, avec Roberto Tagliavini et Erwin Schrott dans les rôles-titres. Dès le lendemain de la première de Moise et Pharaon,
le Teatro Rossini accueillera une nouvelle production d’Il signor Bruschino par les metteurs en scène André Barbe et
Renaud Doucet (dont la mise en scène de La Flûte enchantée
de Mozart
à Glyndebourne avait été très remarquée), par
l’Orchestre Symphonique Rossini, et avec Giorgio Caoduro, Marina Monzo, Pietro Spagnoli, Manuel Amati ou encore Jack Swanson. La
Vitrifrigo Arena accueillera pour sa part du 11 au 21 août l’opéra
Élisabeth, Reine d’Angleterre par Davide Livermore, avec
comme pour Moïse et Pharaon, l’Orchestre
Symphonique de la Rai et le Chœur du Théâtre Ventidio Basso dirigés cette fois-ci par
Evelino Pidò, avec la soprano française Karine Deshayes, entourée
Sergey Romanovsky, Salome Jicia, Marta Pluda, Barry Banks et
Valentino Buzza. Le voyage à Reims par Emilio Sagi, débuté en 2001 (réarrangé par Matteo Anselmi pour l’occasion), sera
donné les 15 et 18 août au Théâtre Rossini avec l’Orchestre
Symphonique Rossini et les interprètes de l’Accademia Rossiniana
Alberto Zedda” (la première sera diffusée en streaming), et le
Stabat Mater au Vitrifigio Arena le 20 août, avec Giuliana Gianfaldoni, Vasilisa Berzhanskaya, Ruzil Gatil et Riccardo Fassi. Huit concerts seront également proposés tout au long du festival, dont
des concerts « Lyrico-symphonique » par Mariangela Sicilia, Maxim Mironov et Erwin Schrott, ou de Belcanto par Alexey Tatarintsev, Jack
Swanson, Anna Bonitatibus et Nino Machaidze. Et pour le clôturer le
festival de manière grandiose le 22 août, pour célébrer les 25
ans de la participation du grand ténor rossinien Juan Diego Flórez
au festival, un gala Rossini sera proposé au public (et retransmis
sur la Piazza del popolo de Pesaro), avec l’Orchestre Symphonique
National de la Rai dirigé par Michele Spotti et de grands
interprètes du répertoire italien, comme Eleonora Buratto ou
Giuliana Gianfaldoni pour ne citer qu’une partie de la belle
programmation réunie.

Lucerne Festival du 10 août au 12 septembre

Crazy (Fou), tel est le thème du Festival de Lucerne cette année. Pour cette
édition, 100 événements programmés viseront à dépasser les limites de la normalité, du bizarre, de l’excentrique, du décalé, posant la
question du rapport entre folie et créativité (depuis Robert Schumann
interné dans un asile jusqu’aux apparitions
spirites dans la musique, mais également à ces œuvres qui ont
bouleversé les normes esthétiques, les rendant verrückt : dans le double
sens de fou et sens-dessus-dessous). Pour porter le thème de cette
édition, des orchestres et interprètes
prestigieux se relaieront, mais les festivités débuteront par deux jeunes orchestres : le
Russian National Youth Symphony Orchestra avec le violoniste Sergej
Dogadin pour un programme Tchaïkovski,
puis le Swiss Youth Symphony Orchestra. S’ensuivront
des concerts du prestigieux Orchestre de Lucerne ressuscité par
Claudio Abbado en 2003 et dirigé ici par Riccardo Chailly, mais
également d’autres grands orchestres prestigieux, tels le Philharmonique
de Vienne avec Herbert Blomstedt, le Royal Concertgebouworkest avec
Daniel Harding et Yefim Bronfman, le Budapest Festival Orchestra, le
London Symphony Orchestra avec Simon Rattle, le Mariinsky de Gergiev,
ou encore la Staatskapelle et Barenboim. De grands
solistes ou ensembles seront également présents, comme Yuja Wang accompagnée
par Yannick Nézet-Séguin, Igor Levit, le quatuor Diotima, ou Les
Arts Florissants de William Christie. Deux grandes figures de l’art lyrique seront
également présents, en la personne de Cecilia Bartoli qui proposera le Stabat Mater de Pergolesi le 22 août avec le contre-ténor Carlo Vistoli et ses Musiciens du Prince – Monaco, ou encore le belcantiste Juan Diego Flórez accompagné
par le pianiste Vincenzo Scalera pour une sélection de Lieder et
d’arias de Richard Strauss, Verdi, Bellini, ou
encore Rossini. À noter également des œuvres
de Rebecca Saunders, compositrice en résidence, les traditionnels
spectacles publics au parc Inseli, les représentations en plein air
d’”In the Streets“, les master classes, les conférences
ou encore des tables rondes.

George Enescu International Festival du 28 août au 26 septembre

Retrouvez la programmation complète dans notre article dédié

Baltic Sea Festival (Berwaldhallen) du 9 au 18 septembre

Le Festival Baltic Sea, cofondé en 2003 par le chef d’orchestre Esa-Pekka Salonen (avec Valery Gergiev et Michael Tydén), consacré aux expériences musicales et aux conférences thématiques d’avant-concert, revient pour plusieurs événements dans toute la région de la Mer Baltique (avec diffusion sur internet), après une édition 2020 finalement annulée. L’Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise dirigé par Esa-Pekka Salonen ouvrira les festivités, et reviendra le lendemain pour un nouveau concert avec la violoniste Malin Broman (accompagnés par plusieurs solistes pour notamment deux créations mondiales de la compositrice Britta Byström). Le chef natif d’Helsinki de l’Orchestre de Paris, Klaus Mäkelä, dirigera cette même phalange suédoise avec ses Chœurs ainsi que le baryton soliste Peter Mattei pour un programme Stravinsky (L’Oiseau de feu). S’ensuivront
un programme de compositeurs nordiques par ces choristes et le violon de Johann Dalen sous la direction musicale de Kaspar Putniņš, un concert du Stenhammar Quartet (qui interpréteront Les Sept Dernières Paroles du Christ en croix de Haydn), et
pour clôturer cette édition, Le Messie de
Haendel par les phalanges orchestrales et chorales suédoises sous la conduite de Reinhard Goebel et des
solistes annoncés ultérieurement.

Biennale Musicale de Venise du 17 au 26 septembre 2021

La 65ème édition de ce Festival international de Musique contemporaine, placé pour la direction musicale de la compositrice Lucia Ronchetti pour le mandat 2021-2024, sera dédiée aux Chœurs et à la dramaturgie vocale. Les œuvres du dernier demi-siècle résonneront avec des commandes inaugurées pour le Festival et feront résonner entre elles les institutions vénitiennes. Trois créations sont notamment à l’honneur : Amo de George Lewis dédié au philosophe d’origine africaine Anthony William Amo (1703-1759) pour et par les Neue Vocalsolisten et électronique en direct, puis Traveling Voices de la “sound artist” allemande Christina Kubisch pour voix enregistrées et spacialisées dans la Basilique Saint-Marc avec sa Cappella Marciana (pour la première collaboration avec la Biennale) dirigée par Marco Gemmani, ainsi que Moving still – processional crossings, procession pour voix récitantes et chœur mixte de Marta Gentilucci interprétée par l’ensemble Sequenza 9.3 sous la direction de Catherine Simonpietri.
Le Festival aura ouvert sur la création italienne d’Oltra Mar pour chœur et orchestre de Kaija Saariaho (Lauréate du Lion d’Or pour la Musique 2021) et le lendemain sera représenté son opéra Only The Sound Remains au Théâtre Malibran. Les lauréats du Lion d’Argent pour la Musique 2021, les Neue Vocalsolisten seront également à l’honneur avec des créations et des œuvres monumentales, à l’image de Wölfli Kantata d’Aperghis.
Kaija Saariaho offrira également l’une des quatre premières mondiales du Festival avec Reconnaissance commandée par Accentus, comme et le même soir After Arethusa pour chœur et électronique de la compositrice Sivan Eldar. Die Einfachen de Sergej Newski précédera Tutto in una volta pour double chœur de Francesco Filidei sur un texte de Nanni Balestrini (commande du SWR Vokalensemble).
Le Festival proposera également des œuvres “importantes et représentatives” pour chœur et ensembles vocaux de Georges Aperghis, David Lang, Sylvano Bussotti, Luca Francesconi, Samir Odeh-Tamini, Morton Feldman, Arvo Pärt, Hans Abrahamsen ou encore Valentin Silvestrov. Sans oublier quatre concerts pour voix seule avec le “charismatique” DJ et producteur égyptien Ahmed Zuli, la chanteuse albanaise Elina Duni, la chanteuse et compositrice basée à Dublin Jennifer Walshe, la compositrice et chanteuse suisse-ghanéenne Joy Frempong. 

Wexford Festival Opera (Shakespeare in the Heart) du 19 au 31 octobre

Le
Festival créé en 1951 s’efforce à chaque édition
d’insuffler une nouvelle vie à des chefs-d’œuvre oubliés. Et pour cette édition anniversaire particulière à plus d’un titre avec le retour du public, la Directrice artistique Rosetta Cucchi a annoncé la programmation de trois opéras du soir joués au Théâtre O’Reilly, dont une production mise en scène à partir du 19 octobre par Julia Burbach
du peu joué Edmea d’Alfredo Catalani. Sous la direction
de Francesco Cilluffo quatre représentations en seront proposées, avec à
la distribution Anne Sophie Duprels (Edmea), Ivan Shcherbatykh, John Molloy, Leon Kim et Conor Prendiville. L’opéra-comique français
Le Songe d’une nuit d’été d’Ambroise Thomas sera
également représenté à Wexford du 20 au 30 octobre, cette
fois-ci dans une production mise en espace de Walter Le Moli,
dirigée par Guillaume Tourniaire, avec pour interprètes Hasmik Torosyan, Valentina Mastrangelo, Sébastien Guèze, Tommaso Barea,
Vasyl Solodkyy, Rory Dunne et Kathleen Norchi. La troisième grande
programmation du festival sera une version concert d’Ein
Wintermärchen
(Le Conte d’Hiver) de Karl Goldmark
(d’après Winter’s Tale de
Shakespeare), les 21 et 24 octobre, sous la direction de Marcus Bosch, et pour solistes Sophie Gordeladze, Ava Dodd, Simon Thorpe, Daniel Szeili, Rory Musgrave, Lancelot Nomura, Niamh O’Sullivan.
En parallèle, la Wexford Factory proposera deux fois
l’opéra
Les Capulet et les Montaigu de Bellini dans une mise
en scène de Giuseppe Montesano et sous la direction de Conor
Hanratty. Un nouvel opéra sera également présenté sur la
musique d’Andrew Synnott, The 47th Saturday (d’après une histoire de William Trevor, adaptée par Vivenne Howards), pour être joué
à Green Acres. De nombreux concerts sont également au
programme, dont le concert de gala traditionnel le 24 octobre, mais
également un concert spécial avec Angela Meade (27 octobre). Le
Festival accueillera à nouveau Andrew Synnott en tant qu’artiste en
résidence et Francesco Cilluffo en tant que principal chef invité.

Dix récitals déjeuners seront également servis par l’O’Reilly Theatre,
24 événements pop-up (chaque jour pendant le festival, un spectacle
multidisciplinaire gratuit mettant en vedette de la musique, du
théâtre, du chant et de la danse dans divers endroits
de la ville de Wexford), des entretiens et des conférences, comme à
chaque édition.

We would like to give thanks to the author of this write-up for this remarkable content

Guide des Festivals lyriques de l’été 2021 en Europe – Actualités – Ôlyrix

We have our social media profiles here , as well as other related pages herehttps://kjovi.com/related-pages/