Comment Coldplay a appelé six États brésiliens à protéger l’Amazonie et à défendre la planète lors du « Global Citizen Live »

En 2019, le monde a regardé avec horreur plus de 30 000 incendies ravager la forêt amazonienne, en dévastant des communautés, des terres protégées et de précieux écosystèmes. Les exploitants forestiers locaux et les entrepreneurs privés étaient à blâmer, et les « poumons de notre planète » sont toujours menacés – cette fois par le changement climatique rapide, la déforestation violente et les forces tentaculaires du développement.

Les Global Citizens se sont donc mobilisés. En 2021, les membres du groupe rock Coldplay, engagés de longue date auprès de Global Citizen, ont mis à profit leur notoriété pour obtenir des engagements essentiels afin de protéger cette précieuse ressource naturelle contre le changement climatique.

Avant le Global Citizen Live du 25 septembre, Coldplay a publié sur Twitter un message demandant à huit chefs de gouvernement des régions de l’Amazonie et du Nord-Est du Brésil de participer à la campagne de Global Citizen pour défendre la planète : « Vous avez une grande opportunité d’entrer dans l’histoire de l’action climatique. Allez-vous nous rejoindre à #GlobalCitizenLive avec des engagements en matière de protection et d’adaptation ? »

Dans les semaines qui ont suivi, des milliers de Global Citizens se sont mobilisés aux côtés de Coldplay, Re:Wild et du Center for Environmental Peacebuilding (CEPB) pour appeler les gouvernements des États brésiliens et d’autres acteurs à mettre un terme à la destruction rapide de l’un des écosystèmes les plus importants au monde.  

Six des huit États brésiliens ont répondu à l’appel, les États d’Amapá, d’Amazonas, de Ceará, de Piauí, de Pará et de Paraíba annonçant des engagements conformes aux Objectifs mondiaux des Nations unies et aux objectifs de zéro émission nette – une initiative lancée dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat en 2015.

Les dirigeants brésiliens, dont certains se situent à la « frontière de la déforestation », se sont engagés à réduire considérablement leurs émissions et à déclarer protégés plus de 1,7 million d’hectares de forêts importantes. Mais ce n’est pas tout.

Ces six États fédérés se sont également engagés à élaborer des plans de mitigation et d’adaptation au climat à l’échelle de l’État, contribuant ainsi à protéger plus de 305 communautés indigènes isolées, sans contact avec le monde extérieur pour certaines, qui vivent dans toute la région.

« En tant que chefs des États fédérés, nous avons pour mission de prendre des mesures efficaces pour défendre nos plus grandes ressources, comme la forêt amazonienne », a déclaré Wilson Miranda Lima, gouverneur de l’État d’Amazonas, qui a annoncé quatre engagements en faveur du climat lors du Global Citizen Live.

Les trois États du nord-est du pays, Ceará, Piaui et Paraiba, sont confrontés à une autre urgence climatique : la désertification. La région, composée principalement d’environnements côtiers et semi-arides, perd rapidement des terres autrefois fertiles au profit du désert, sous l’effet de la hausse des températures, du défrichage et de la déforestation. Près de 53 millions de personnes risquent de perdre leurs moyens de subsistance, car les sécheresses prolongées menacent les communautés vivant de l’agriculture de subsistance et aggravent la pauvreté.

La déforestation, les déplacements de population et la sécheresse ont poussé Coldplay à passer à l’action

Depuis 2015, Coldplay, qui soutient depuis longtemps Global Citizen et milite en faveur de l’environnement, utilise sa notoriété pour défendre des enjeux cruciaux au-delà de la musique.

« Je veux essayer d’avoir une relation à plus long terme entre les artistes et les personnes qui essaient vraiment d’apporter des changements dans le monde », a déclaré Chris Martin à Rolling Stone en 2015.

L’action climatique est au cœur de la mission de Coldplay depuis le premier jour, et l’urgence climatique dans les régions de l’Amazonie et du Nord-Est du Brésil les a encore plus poussés à passer à l’action de toute urgence.

Plus de 24 millions de personnes et la moitié des plantes et des animaux de la planète vivent dans la forêt amazonienne, mais la déforestation et les expropriations en cours menacent cet écosystème extrêmement riche en biodiversité.  

Aujourd’hui, une conjonction de catastrophes naturelles et d’origine humaine a déplacé des millions de personnes et dévasté plus de 8 224 miles carrés de forêt en moins de 11 mois – le taux le plus élevé depuis 15 ans. En mai 2019, la déforestation en Amazonie brésilienne a augmenté de 34 %, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré. 

Chris Martin de Coldplay sur scène lors du Global Citizen Live, New York, le 25 septembre 2021 à New York. (Photo par Noam Galai/Getty Images for Global Citizen)

En 2021, Global Citizen et ses partenaires ont appelé les entreprises et les gouvernements à intensifier leurs efforts pour lutter contre le changement climatique et à s’engager à protéger les plus pauvres de la crise climatique dans le cadre de la campagne d’un an, A Recovery Plan for the World. Avant le Global Citizen Live, Coldplay a rejoint d’autres artistes, des Global Citizen et des organisations non gouvernementales partenaires pour appeler le monde à se mobiliser d’urgence pour défendre la planète avant la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) en novembre de la même année.

L’appel aux gouverneurs brésiliens visait à demander la protection de près de 60 % de la forêt amazonienne. Et aujourd’hui, en l’absence d’action majeure de la part de l’administration du président Jair Bolsonaro, c’est de plus en plus aux États et aux collectivités locales d’adopter des initiatives responsables sur le plan environnemental et social. 

La collaboration et l’action assurent la protection de l’Amazonie, des régions du nord-est du Brésil et de leurs habitants.

Deuxième plus grand État brésilien et plus grand émetteur de CO2, l’État du Pará abrite les tribus Xingu et Kayapo. Mais des années de déforestation illégale, d’exploitation forestière et de multiplication des plantations de caoutchouc ont provoqué de violents affrontements entre les communautés tribales et les autorités locales. Le faible taux d’emploi et les taux de pauvreté élevés ont également favorisé la déforestation et l’exploitation forestière dans la région.

La déforestation est elle-même un facteur important du changement climatique. L’Amazonie neutralise les émissions mondiales de dioxyde de carbone en stockant près de 200 gigatonnes de dioxyde de carbone dans sa biomasse. Cette précieuse ressource mondiale est l’un des meilleurs moyens d’empêcher le dioxyde de carbone, qui piège la chaleur, d’entrer dans l’atmosphère. Mais à mesure que des terres protégées sont converties en propriétés privées, en ranchs et en fermes de soja, l’Amazonie émet plus de dioxyde de carbone qu’elle n’est capable d’en absorber.

Brazil-Deforestation-Case-Study-ParaState-002.jpgCette photo d’archives du 15 septembre 2009 montre une zone déboisée près de Novo Progresso, dans l’État du Para, au nord du Brésil. Crédit : Andre Penner/AP

Mauro O’de Almeida, secrétaire à l’environnement de l’État du Pará, a pris quatre engagements sur la scène du Global Citizen Live à New York, dont celui de protéger le bassin de la rivière Iriri avant la fin de 2022.

Les engagements du Pará ont démontré l’importance de rendre les élus responsables du changement.

« Lorsqu’il s’agit de changement climatique, de politiques climatiques et d’autres questions, les gouvernements centraux et les gouvernements fédéraux sont importants, mais les gouvernements des États et des villes le sont tout autant », a déclaré Rubén Escalante Hasbún, conseiller gouvernemental et agent de liaison à Genève pour Global Citizen.

« Nous avons eu la chance d’avoir des experts et des militants brésiliens locaux qui nous ont soutenus depuis le Brésil, et il est important que nous donnions de la visibilité à ces six États qui ont voulu et pu se mobiliser », a-t-il ajouté.  

Pendant la campagne, Global Citizen et Coldplay se sont associés à Re:wild, une organisation qui soutient plus de 35 partenaires sur le terrain dans tout le Brésil, et qui travaille à la préservation de plus de 99,8 millions d’acres de zones protégées et des titres fonciers de 120 communautés indigènes.

« Le partenariat puissant entre Re:wild, Global Citizen et le CEPB a véritablement joué un rôle de catalyseur en Amazonie brésilienne, où les mesures de protection de l’environnement ont progressé lentement pendant des années », a déclaré Rodrigo Medeiros, associé principal de Re:wild au Brésil.

« À court terme, ces engagements offrent la possibilité de commencer à inverser la destruction dévastatrice de l’environnement dans le pays, qui affecte non seulement la faune, les zones sauvages et le climat, mais aussi la vie des gens et toute perspective d’avenir digne, en particulier ceux qui dépendent le plus directement de l’Amazonie pour leur survie », a ajouté Rodrigo.

« À plus long terme, cela signifie l’opportunité ultime pour nous tous, en tant que Global Citizens, de vivre sur une planète saine et durable. »

Global Citizen s’est également associé au Center for Environmental Peacebuilding, une organisation qui se consacre à la promotion de politiques de justice environnementale et climatique visant à protéger les régions et les communautés les plus vulnérables du monde.

« Le rôle de Global Citizen en collaboration avec Re:wild a été déterminant pour mettre en évidence l’urgence des problèmes climatiques au Brésil. L’engagement des États brésiliens lors du Global Citizen Live était essentiel pour attirer une fois de plus l’attention nécessaire sur ce grave problème. Le respect de ces engagements n’est plus une alternative mais une question d’urgence », a déclaré Max Almeida, chef de projet du programme au CEPB.

Grâce à ces partenariats et à d’autres, plus de 1,1 milliard de dollars de contributions financières pour défendre la planète et vaincre la pauvreté ont été annoncés lors de l’événement international Global Citizen Live de 24 heures, le 25 septembre 2021, en plus des engagements à planter, restaurer et protéger 157 millions d’arbres.

Brazil-Amazon-Case-Study-Indigenous-Community-001.jpgDes hommes appartenant à la communauté autochtone Tenetehara se préparent à sortir sur leur bateau dans la rivière Gurupi, dans l’État du Para. Lundi 7 septembre 2020. Crédit : Eraldo Peres/AP

Les engagements brésiliens montrent des progrès – et un impact – sur le changement climatique

Aujourd’hui, l’équipe de Global Citizen Impact travaille en coulisse pour assurer le suivi de ces engagements et des autres en exigeant que les dirigeants rendent des comptes, et jusqu’à présent, les six États brésiliens montrent des progrès prometteurs.

« L’État d’Amazonas a entrepris tous les efforts nécessaires pour mettre en œuvre les engagements et les objectifs convenus avec Global Citizen », a déclaré à Global Citizen en mars Eduardo Costa Taveira, secrétaire d’État à l’environnement pour l’État d’Amazonas.

Lors du Global Citizen Live, l’État a pris quatre engagements environnementaux visant à renforcer les plans de protection et de conservation et à mettre fin aux activités illégales dans les zones habitées par les autochtones.

« L’opération Tamoiotatá est un groupe de travail pour lutter contre la déforestation illégale, et il y a également l’initiative visant à réduire les émissions et les paiements pour les services environnementaux grâce au lancement du programme Bolsa Floresta », a ajouté Taveira, concernant l’avancement des engagements.

Actuellement, le groupe de travail Tamoiotatá est chargé de protéger les zones forestières contre la déforestation illégale, la lutte contre les incendies intentionnels et d’autres délits environnementaux. Bolsa Floresta, un programme géré par des bénévoles qui cherche à protéger et à travailler avec les communautés traditionnelles de l’Amazonie profonde”, encourage la conservation des forêts en créant des emplois et des revenus pour les communautés traditionnelles.

brazil-deforestation-case-study-header_image.jpg__2100.0x1182.0_q85_crop_subsampling-2_upscale.jpgUn membre de la communauté autochtone Kayapo, regarde un passage créé par des bûcherons à la frontière entre la réserve biologique de Serra do Cachimbo, dans l’État du Para, au Brésil, en août 2019. Crédit : Leo Correa/AP

Dans une autre mise à jour, Artur Bruno, secrétaire d’État à l’environnement de Ceará, a expliqué à Global Citizen comment l’introduction du programme de scientifique en chef et d’un inventaire des gaz à effet de serre à l’échelle de l’État aidait cet État du nord-est du pays à réaliser ses plans d’adaptation et de conservation.

« Ce sont des instruments importants auxquels nous voulons donner la priorité dans les mois à venir afin que l’État du Ceará établisse son plan en matière de changement climatique et que nous puissions participer à ce mouvement international de réduction des gaz à effet de serre en donnant la priorité aux énergies propres, aux énergies renouvelables », a déclaré Artur Bruno. 

L’État de Ceará, situé dans la région sèche du nord-est du Brésil, a annoncé trois actions lors du Global Citizen Live visant à donner la priorité aux programmes d’adaptation au climat, aux émissions nettes nulles et à l’expansion des zones forestières protégées. Cet État semi-aride est confronté à une augmentation des taux de désertification, le changement climatique asséchant les réserves d’eau souterraine essentielles.

Mais le changement climatique persiste, et le temps presse pour la plus grande forêt tropicale du monde et le reste de l’environnement brésilien.

Il nous appartient, en tant que Global Citizens, d’exhorter les dirigeants mondiaux à protéger notre planète, à exiger une action urgente en matière de changement climatique, à limiter le réchauffement de la planète et, surtout, à protéger les plus vulnérables de ses impacts.

Notre futur dépend de nous.

Brazil-Deforestation-Case-Study-ParaState-001.jpgSur cette photo du 23 novembre 2019, on voit une zone brûlée de la forêt amazonienne à Prainha. Les données officielles montrent que la déforestation en Amazonie a augmenté de près de 30 % au cours des 12 mois jusqu’en juillet, pour atteindre son pire niveau en 11 ans. Crédit : Leo Correa/AP

Les Global Citizens travaillent à l’élimination de l’extrême pauvreté depuis plus d’une décennie. Aujourd’hui, plus que jamais, les voix des citoyens du monde comptent. L’éradication de l’extrême pauvreté et la protection de notre planète nécessitent une coopération internationale, une solidarité et une compréhension commune afin de surmonter les systèmes et les concepts qui en sont à l’origine.

Vous pouvez rejoindre la campagne de Global Citizen pour mettre fin à l’extrême pauvreté MAINTENANT et agir pour le climat MAINTENANT en passant à l’action ici. Faites partie d’un mouvement animé par des citoyens du monde entier qui agissent en collaboration avec les gouvernements, les entreprises et les philanthropes pour changer les choses.



We want to give thanks to the author of this article for this outstanding web content

Comment Coldplay a appelé six États brésiliens à protéger l’Amazonie et à défendre la planète lors du « Global Citizen Live »

Find here our social media accounts as well as other pages that are related to them.https://kjovi.com/related-pages/