12 musiques de jeux de rôle japonais à écouter absolument

Bien que largement subjective, cette sélection de morceaux emblématiques du J-RPG (jeu de rôle japonais) a pour principal objectif de revenir sur les compositeurs et compositrices ayant marqué le genre. Notre intention est de leur rendre hommage en vous présentant pour chacun d’entre eux une musique qui reflète leurs styles respectifs. Comme toute sélection, celle-ci ne saurait être exhaustive même si nous aurions aimé évoquer aussi les grands noms de Kenji Itô (SaGa), Hiroki Kikuta (Secret of Mana), Yûzô Koshiro (Ys) ou Kôichi Sugiyama, le père des musiques de Dragon Quest par qui tout a commencé !

Sommaire

  • Kuroi Uta / Drakengard 3 (Keiichi Okabe)
  • Another World / Chrono Cross (Yasunori Mitsuda)
  • Dancing Mad / Final Fantasy VI (Nobuo Uematsu)
  • Life Will Change / Persona 5 (Shôji Meguro)
  • Promised Pain / Xenosaga Episode III (Yuki Kajiura)
  • Historia / Radiant Historia (Yôko Shimomura)
  • Unconfirmed Battle with God Syndrome / Valkyrie Profile (Motoi Sakuraba)
  • Odin Sphere’s Theme – Shanachie Ver. / Odin Sphere (Hitoshi Sakimoto)
  • EXEC_COSMOFLIPS/. Hymmnos / Ar Tonelico 3 (Kokia)
  • Hikari e Mukau Ballad / Bravely Default (Linked Horizon)
  • Battle II + Determination / Octopath Traveler (Yasunori Nishiki)

Kuroi Uta / Drakengard 3 (Keiichi Okabe)

Honneur à Keiichi Okabe qui, avec son collectif MONACA, transcende véritable l’atmosphère de Drakengard 3 à travers le thème Kuroi Uta (ou Black Song), interprété par Eir Aoi puis par Emi Evans (« la voix de NieR ») en version internationale. Vous noterez d’ailleurs l’effort fourni dans cette sélection pour éviter de revenir un énième fois sur l’indispensable OST de NieR pour laquelle il nous aurait de toute façon été impossible de faire un choix (Grandma ? Emil Sacrifice ? Song of the Ancients ? Ashes of Dreams ?). La version de Kuroi Uta que nous vous proposons ici a le mérite de combiner la performance d’Emi Evans et celle de Eir Aoi, avec en prime quelques notes d’introduction issues du morceau Dispossession tiré de NieR. Ce montage avait été réalisé à l’occasion de l’événement crossover « NieR Reincarnation X Drakengard 3 » sur smartphone. Kuroi Uta ne démarre donc qu’à 2’40, mais la combinaison des deux pistes fonctionne merveilleusement. Le jeu Drakengard 3 possède par ailleurs une seconde chanson thème intitulée This Silence is Mine (signée Chihiro Onitsuka) qui mérite également toute votre attention.


Another World / Chrono Cross (Yasunori Mitsuda)

Concernant le travail de Yasunori Mitsuda, nous préférons laisser de côté Chrono Trigger, Xenogears et Xenosaga Episode I pour célébrer la sortie récente du portage de Chrono Cross en français. Car si cette version du jeu est loin d’être exemplaire, elle reste un bon moyen de (re)découvrir le talent du compositeur au travers d‘une aventure inoubliable où les influences celtiques et méditerranéennes du compositeur sont palpables. Restait à accepter l’idée de sacrifier le majestueux Scars of Time (l’excellent thème d’introduction) et le très cristallin Radical Dreamers Unstolen Jewel (l’ending theme) pour vous proposer un morceau qui reflète peut-être mieux qu’aucun autre le caractère onirique et mélodiquement riche des compositions de Yasunori Mitsuda. Illustrant tous nos déplacements sur la carte du monde de l’Another World, ce thème éponyme pourrait nous inciter à rester des heures sur cette map tant il se révèle envoûtant et hypnotique !


Dancing Mad / Final Fantasy VI (Nobuo Uematsu)

De tous les épisodes de Final Fantasy, le sixième est sans conteste l’un des mieux placés pour nous embarrasser en termes de sélection musicale signée Nobuo Uematsu. Au-delà des thèmes les plus souvent cités (Tina/Terra, Celes, Phantom Forest, The Fierce Battle, Searching for Friends…) et du fameux Aria di Mezzo Carattere qui a eu droit à une interprétation par de véritables chanteurs d’opéra, attardons-nous cette fois sur le cas de Dancing Mad. Ce morceau torturé à souhait fait figure de véritable OVNI au sein de cette incroyable OST. La complexité de sa construction le rend d’autant plus édifiant que l’emploi de l’orgue et des chœurs confère à ce morceau une tonalité baroque presque intimidante. Cette piste étonnante porte déjà en elle le grain de folie qui mènera Nobuo Uematsu à imaginer ensuite son One-Winged Angel pour Final Fantasy VII.

D’habitude, quand vous faites une musique, elle dure 2 à 3 minutes, vous avez l’introduction, la partie principale et la fin. Mais… pour “Dancing Mad”, je n’ai pas vraiment mis un terme à la musique, alors j’ai continué à la travailler, à la travailler, à la travailler, et ça a vraiment permis à la musique… vous savez… J’ai pu jouer avec pendant environ 14 minutes, et c’est vraiment l’une de mes préférées. – Nobuo Uematsu

Dancing Mad est surtout entièrement construit à l’image de l’antagoniste qu’il symbolise. Car Kefka Palazzo est certainement l’un des boss de fin les plus dérangés du jeu vidéo, passant d’insupportable bouffon faussement inoffensif à celui de dieu totalement aliéné pour un affrontement final d’anthologie. Divisée en 4 mouvements pour une durée totale de plus de 17 minutes, cette musique hors-norme tout droit issue des tréfonds de l’enfer prend son temps pour nous dévoiler l’intégralité du boss final qui s’étale sur pas moins de 3 écrans dans des formes atrocement grotesques. Le véritable ennemi n’apparaît réellement qu’une fois atteint le « sommet » de cette effigie démoniaque mi-ange mi-démon qui finit par s’effondrer sur elle-même, succombant à sa soif de pouvoir démesurée. Nous vous proposons ici un arrangement symphonique non officiel incroyable de Dancing Mad présentant les transformations de Kefka qui marquent les différentes étapes du morceau.


Life Will Change / Persona 5 (Shôji Meguro)

Menée à un rythme haletant par la voix de Lyn Inaizumi, chanteuse jazz/soul indissociable de l’atmosphère psychédélique de Persona 5 et ses dérivés, la chanson Life Will Change est en quelque sorte la signature du cinquième volet de la série. Compositeur attitré de la franchise d’Atlus, Shôji Meguro a également laissé son empreinte sur l’ensemble de la saga Shin Megami Tensei. On le retrouve aussi sur les albums de Maken X, Catherine, Trauma Center et ses suites, ou encore les Devil Summoner. Considéré par beaucoup comme un génie, il travaille en indépendant depuis 2021 et continue d’œuvrer sur des musiques de jeux vidéo, notamment pour Atlus. Attendu sur les projets Project Re Fantasy et Guns Undarkness, un RPG d’infiltration pour lequel il signe la musique mais aussi le game design, Shôji Meguro semble avoir décidément plus d’une corde à son arc de créateur.


Promised Pain / Xenosaga Episode III (Yuki Kajiura)

Incontournable depuis plus de 20 ans dans le domaine de l’animation japonaise, Yuki Kajiura est une compositrice qu’il nous tenait à cœur d’évoquer ici. Révélée notamment en 2001 par le formidable album de la série Noir et son morceau légendaire Canta per me, la compositrice, membre du groupe See-Saw, a signé de très nombreuses OST d’anime parmi lesquelles on trouve celles de .hack//SIGN, Pandora Hearts, Gundam SEED, Black Butler, Tsubasa Chronicle, Fate/Zero ou encore Sword Art Online. Le célèbre thème Mezame issu de la série Mai-HiME compte également parmi les morceaux préférés des fans. On ne s’étonnera donc pas de la retrouver sur l’anime du moment Demon Slayer aux côtés de Gô Shiina, compositeur talentueux qui s’était illustré avec l’OST de Tales of Legendia. L’aventure Xenosaga (épisodes II et III uniquement) est d’autant plus intéressante dans la carrière de Yuki Kajiura qu’elle marque l’une de ses trop rares incursions dans le jeu vidéo. La compositrice œuvre d’ailleurs en solo sur la bande originale du troisième volet, Xenosaga Episode III : Also Sprach Zarathustra, qui reflète assez bien la diversité de ses influences. On aurait pu vous proposer ici la très belle chanson thème Maybe Tomorrow ou son versant musical I Love you, Sincerely, voire l’audacieux We’ve got to believe in something et bien d’autres pistes issues de cet album très inspiré, mais nous avons finalement choisi de vous présenter la facette plus « dramatique » de la compositrice avec l’intense Promised Pain qui marque l’affrontement final de Xenosaga III.


Historia / Radiant Historia (Yôko Shimomura)

Connue et appréciée de tous les passionnés de J-RPG à travers le monde, Yôko Shimomura est un pilier de la musique de jeux vidéo. La compositrice s’aventure assez vite dans les sphères du jeu de rôle signé Squaresoft après des débuts remarqués chez Capcom avec Street Fighter II. On lui doit notamment les albums de Breath of Fire, Live A Live, Front Mission, Super Mario RPG, avant d’asseoir sa réputation grâce à des franchises chères au cœur des amoureux de J-RPG : Parasite Eve, Legend of Mana et bien sûr Kingdom Hearts. Yôko Shimomura participe également à la formidable OST de Xenoblade Chronicles aux côtés de ACE+ et Manami Kiyota, pour laquelle elle livre pas moins de 11 pistes, dont le fameux Time to Fight! et le très joli Main Theme. Si son style est reconnaissable entre mille, cela ne l’empêche de continuer d’impressionner les joueurs avec des compositions toujours plus magnifiques. Elle se montre d’ailleurs capable de relever des défis d’envergure, à l’image de la bande son de Final Fantasy XV :

En fait, c’est très intéressant avec FF XV, parce que d’une certaine façon, j’ai l’impression qu’on m’a demandé de travailler sur deux projets ! À l’époque, il s’agissait de Final Fantasy Versus XIII, jeu qui ne faisait pas partie de la série principale. J’étais sur ce projet dès le départ et comme ce n’était pas un autre numéro de Final Fantasy, je pouvais l’approcher de façon un peu plus libre. Si le développement avait commencé directement en tant que FF XV, j’aurais certainement ressenti beaucoup plus de pression dès le début, mais lorsque le changement a eu lieu, je travaillais sur le projet depuis un moment déjà, j’avais composé un certain nombre de morceaux et j’avais une idée précise du concept et de la direction que je voulais prendre avec la bande originale. – Yôko Shimomura

Nous avons volontairement choisi de présenter ici un morceau issu d’un album plus “confidentiel” de Yôko Shimomura que les jeux cités plus haut. Il s’agit de la piste HISTORIA, thème final du jeu d’Atlus Radiant Historia qui réalisait la prouesse de nous faire voyager librement sur des embranchements chronologiques parallèles afin de réécrire l’histoire, tout cela sur DS. La chanson est interprétée par Haruka Shimotsuki, entendue sur l’anime Rozen Maiden et les jeux Ar Tonelico et Atelier Iris.


Unconfirmed Battle with God Syndrome / Valkyrie Profile (Motoi Sakuraba)

On passe d’une légende à une autre avec Motoi Sakuraba. Passionné de rock progressif, ce virtuose du clavier marque l’âge d’or du J-RPG (Shining Force III, Valkyrie Profile, Star Ocean : Till the End of Time, Eternal Sonata…) avec un style bien à lui et des morceaux de bravoure enflammés à chaque fois qu’il s’attaque à l’écriture d’un nouveau thème de combat. Régulièrement cité en exemple pour la qualité de son travail autour de la franchise Star Ocean, on lui doit également les thèmes de la plupart des épisodes de la série Tales of, mais aussi de Baten Kaitos et sa suite Baten Kaitos Origins pour lequel il signe le thème d’affrontement The Valedictory Elegy qu’on trouve remixé dans Super Smash Bros for Wii U et Super Smash Bros Ultimate. Également à l’origine des musiques de la saga Golden Sun, ce vétéran est aussi le compositeur caché dans les ténèbres de Dark Souls, capable de passer par tous les styles pour servir la cause de la game music. Pour l’anecdote, c’est bien la voix d’Emi Evans (déjà évoquée dans le paragraphe Drakengard 3/Nier) qui se fait entendre sur Nameless Song et Longing à la fin de Dark Souls et Dark Souls II… Nous avons pensé que le meilleur moyen de rendre hommage à Motoi Sakuraba était de vous proposer un morceau live issu de sa prestation en concert à l’occasion du Star Ocean x Valkyrie Profile Anniversary Festival 2020. Il s’agit du thème de combat Unfinished Battle with God Syndrome (ou Unconfirmed God Fighting Syndrome) écrit pour Valkyrie Profile et présenté ici avec des extraits du jeu.


Odin Sphere’s Theme – Shanachie Ver. / Odin Sphere (Hitoshi Sakimoto)

Hitoshi Sakimoto dispose d’une carte de visite monstrueuse qui couvre un nombre d’albums vertigineux. Son nom résonnait déjà à l’époque de la sortie de Ogre Battle en 1993, puis de Tactics Ogre et Final Fantasy Tactics dont l’OST fera date dans l’histoire de la musique de J-RPG. Prolifique, le compositeur parvient même à imposer son style dans le registre du shoot’em-up avec Radiant Silvergun. Souvent citée comme une OST incontournable, tous genres confondus, la bande son du soft de Sega est unique en son genre. Mais ses travaux restent surtout étroitement liés à ceux du réalisateur Yasumi Matsuno dont les œuvres semblent parfaitement calibrées pour le style musical de Sakimoto. Avec Vagrant Story, il devient définitivement incontournable. Pas étonnant de le retrouver aussi sur un projet tel que Final Fantasy XII, épisode véritablement à part dans la franchise tant il se démarque à la fois sur le plan musical et par son gameplay. Également responsable de l’OST de Valkyria Chronicles et ses suites, Hitoshi Sakimoto relève ensuite le défi des productions Vanillaware avec Odin Sphere, Muramasa : The Demon Blade et Dragon’s Crown. C’est justement le thème principal d’Odin Sphere, véritable conte empreint de féerie et de mythologie nordique que nous vous proposons ici, dans l’une de ses plus belles versions.


EXEC_COSMOFLIPS/. Hymmnos / Ar Tonelico 3 (Kokia)

Trop souvent boudés pour leur dimension fan service parfois excessive, les épisodes de la franchise Ar Tonelico renferment pourtant des trésors en matière d’OST. À l’instar des autres volets de la série, le troisième opus baptisé Ar Tonelico Qoga : Knell of Ar Ciel voit sa musique confiée à la Gust Sound Team, remaniée pour l’occasion. Les compositeurs (Ken Nakagawa, Kazuki Yanagawa et HIR) sont épaulés par les chanteuses Akiko Shikata, Haruka Shimotsuki et Noriko Mitose, car les voix sont véritablement au cœur des thématiques de la franchise. Comme toujours, ce sont les hymnes (regroupés dans les albums arrangés « Hymmnos Concert ») qui retiennent l’attention des mélomanes grâce à l’intervention d’artistes réputés, invités pour l’occasion. Ar Tonelico 3 fait ainsi appel aux talents de Kokia, Yoko Ueno, Au (du groupe Gusya Ningen), Azumi Inoue, Noriko Fujimoto, Yula Yayoi, Rekka Katakiri et Haruka Togawa. Pour le public français, le nom de Kokia possède une résonance très forte depuis le carton de la chanson thème Chouwa oto ~with reflection~ composée en 2006 pour le film d’animation Origine qui permit à l’artiste de donner de nombreux concerts dans notre pays. Sur le morceau EXEC_COSMOFLIPS/., Kokia se charge non seulement de l’interprétation mais aussi de la composition et des paroles, sur un arrangement de Masumi Itou. Il faut savoir que le langage utilisé a été entièrement imaginé par Akira Tsuchiya pour la série. Alliées à la voix pop et lyrique de Kokia, ces paroles mystérieuses rendent ce morceau encore plus saisissant. On peut d’ailleurs également apprécier la voix singulière de Kokia sur d’autres réarrangements des musiques de Ar Tonelico 3 : EXEC_REBIRTHIA=PROTOCOL et Hikari no Naka ni. Ne vous en privez surtout pas !


Hikari e Mukau Ballad / Bravely Default (Linked Horizon)

Fondateur des groupes Sound Horizon et Linked Horizon, le musicien Revo (dont le pseudo vient de « révolution ») se démarque par son goût pour la scène et son besoin d’imaginer un véritable background à ses univers musicaux. Son style, qu’on pourrait qualifier d’audacieux, pour ne pas dire enflammé, convient aussi bien à une grande fresque de fantasy telle que Bravely Default qu’à une série animée à la fois sombre et épique comme l’Attaque des Titans. Linked Horizon signe en effet plusieurs génériques autour de cet incontournable de l’animation : Guren no Yumiya, Jiyû no Tsubasa, Guren no Zahyô, Shinzô wo Sasageyo!, Akatsuki no Requiem et Shôkei to Shikabane no Michi. Côté jeux, Revo se charge de composer entièrement la bande son de Bravely Default avec le succès que l’on connaît. Il en résulte une OST magistrale de bout en bout qui inspire à l’artiste de très nombreux thèmes chantés dans le cadre de l’album Luxendarc Kikô, interprétés ensuite en concert par le groupe tout entier. Disponible en DVD et blu-ray, ce concert véritablement grandiose magnifie les musiques du jeu avec panache grâce à la fougue et la passion qui anime le groupe Linked Horizon. Il nous fallait partager avec vous la version longue de Hikari e Mukau Ballad chantée par le duo Joelle/Revo qui clôt de manière épique ce concert.


Battle II + Determination / Octopath Traveler (Yasunori Nishiki)

Terminons par deux morceaux qui justifient à eux seuls la (re)découverte du jeu Octopath Traveler, si tant est que ses qualités ludiques n’aient pas suffit à vous convaincre de vous y plonger. Le premier, sobrement baptisé Battle II n’intervient qu’après avoir persévéré suffisamment longtemps pour franchir un cap dans le déroulement de l’aventure. Une étape marquée par le renouvellement du thème de combat qui surclasse (de mon point de vue) celui entendu en début de partie. Derrière les titres de morceaux les plus basiques se cachent souvent de véritables perles musicales et c’est précisément le cas ici. Capable de vous remotiver dès les premières notes, ce battle theme signé Yasunori Nishiki gagnerait à être davantage partagé.

Actif depuis 2010 dans le jeu vidéo et l’animation (Granblue Fantasy The Animation), le compositeur s’empare véritablement de l’essence du RPG de Square Enix pour lui forger une atmosphère musicale héroïque, tragique et bouleversante. C’est pourquoi nous laisserons les dernières notes à la mélodie Determination qui ponctue les scènes les plus mémorables du jeu… et ce dernier n’en manque pas. Bonne écoute !

We would love to thank the author of this short article for this awesome content

12 musiques de jeux de rôle japonais à écouter absolument

You can view our social media profiles here and additional related pages here.https://kjovi.com/related-pages/